Bienvenue sur Auto-ies.com

VOTRE SAGA YOUNGTIMER : VOLVO 480 TURBO (1988-1995)

  • novembre 4, 2020
  • sur Alexandre

Conçue primitivement pour le marché américain, la Volvo 480, première traction avant de la marque, a finalement fait toute sa carrière en Europe. Appréciée pour son design (mi coupé, mi break de chasse) et ses équipements généreux, il lui aura manqué seulement un moteur performant pour être une vraie sportive.

 



Petit rappel de la genèse de la Volvo 480

En mars 1986 le constructeur suédois présente son nouveau modèle produit chez DAF (devenu filiale de Volvo en 1973) aux Pays-Bas, la 480 ES. Très confortable et en avance sur son temps sur le plan technologique, elle déborde de singularités. Elle propose notamment des feux escamotables à l’avant et 4 places indépendantes à bord. Sa technologie et son instrumentation sont renversantes pour l’époque. L’essuie-glace arrière se déclenche automatiquement lorsque la marche arrière est enclenchée par temps de pluie, le régulateur de vitesse est offert de série, les sièges en cuir sont chauffants, les vitres sont électriques, le tableau/ordinateur de bord est très complet avec une profusion de jauges et de commandes.

 

Et arrive la 480 Turbo. Une petite déception.

A la sortie de cette version sportive en 1988, les essais de la presse spécialisée sont élogieux sur son confort et son châssis. En revanche, la timidité des designers pour son look pas très sportif fait aussi l’unanimité. Bien que son design atypique attire le regard, la suédoise ne se distingue pas vraiment par rapport à l’autre version de la 480, la ES. Pas de kit carrosserie, pas de spoiler significatif, ni d’élargisseurs d’ailes ou encore de prise d’air sur le capot. Journalistes et fans sont déçus.

 

Version haut de gamme plutôt que sportive, la Volvo 480 Turbo adopte la peinture du même coloris que le reste de la carrosserie sur les boucliers (ils sont en plastique noir mat sur le modèle ES) qui les rend plus discrets. Les jantes de 14 pouces à cinq branches épaisses complètent le look, tandis que les catadioptres latéraux rappellent qu’une commercialisation aux Etats Unis est prévue. Sous le bouclier avant, la typique calandre Volvo est intégrée de façon discrète mais réussie.

 

Au volant de la Volvo 480 Turbo. Une calme sportive.

Cocorico ! Le moteur provient de chez Renault à l’époque partenaire du groupe suédois. C’est un 4 cylindres 1,7 litre turbo (Garrett T2) qui développe 120 ch et 175 Nm de couple, couplé avec une injection Bosch LH Jetronic 2.2.
Les accélérations et les reprises ne sont pas renversantes (0 à 100 km/h en 9,3 secondes tout de même!) mais le moteur est très souple. Par contre le freinage bien que disposant d’une assistance est très moyen. La position de conduite proche du sol est agréable. La boîte de vitesses courte à 5 rapports est plaisante et son étagement offre même une vivacité bien réelle. En prime, la direction est communicative. Le châssis de la Volvo 480 Turbo, posé sur 4 roues en 14 pouces (ou 15 pouces après 1992) est beaucoup plus performant que celui de bien des concurrentes de l’époque, même si parfois le train arrière se révèle un tantinet joueur.

 

Les évolutions successives de la Volvo 480 Turbo

En mars 1990, Volvo propose une nouvelle boîte de vitesses automatique ZF en option pour la 480. La marque espère toujours exporter le modèle aux USA…
En 1992, Volvo introduit sa première série spéciale, la Two-Tone. Proposée sur les 480 ES et Turbo, elle bénéficie d'une présentation spécifique avec peinture de carrosserie deux tons, vert sur la partie supérieure et gris sur la partie inférieure, ainsi que des jantes de 15" à 5 branches (Taurus) chaussées en 195/55 (en série sur la 480 Turbo pour le modèle 1993). La sellerie est également spécifique.

 

Toujours en 1992, la 480 reçoit des appuis-têtes arrière et un nouveau module de gestion de bord ajoutant quelques fonctions comme la temporisation d'éclairage intérieur, la remontée automatique des vitres à la fermeture et le régulateur de vitesse.
En 1993, la Turbo conserve son bloc 1.7l mais des modifications sont apportées à la gestion moteur. Elles permettent d'obtenir le couple maxi et la puissance encore plus tôt : à 2400 tr/mn et 5000 tr/mn respectivement.

 

Les séries spéciales s'enchaînent ensuite avec les 480 Harmony et Toscane en 1993.
Le changement de millésime se distingue surtout par l'arrivée de clignotants blancs à l'avant.
En mai 1994, arrive la série "Côté Sud" puis en mars 1995 de la 480 GT. Très richement dotée avec à peu près tous les équipements en série (sellerie cuir, ABS, régulateur de vitesse, jantes en alliage à rayons de 15" (Vesa), autoradio RDS Clarion 4x30W avec antenne électrique et 6HP, peinture métallisée).

 

1995 est la dernière année de production des coupés 480, car suite à l'entrée au capital de Mitsubishi va débuter la production de ses propres modèles dans l'usine hollandaise de Volvo. Parallèlement, le moteur Turbo est une fois encore amélioré pour produire son couple maxi dès à 2100 tr/mn. Mais avec un poids en hausse, le tempérament sportif de la 480 ne s’améliore même pas.
Enfin, le 7 septembre 1995 la production des coupé 480 s’arrête, après un total de 76.375 exemplaires produits.

 

Conclusion

Conçu pour les USA (qu’il ne verra jamais), le coupé Volvo 480 Turbo a beaucoup misé sur son design pour séduire. C'est toujours son point fort. Mais il lui a manqué un moteur plus musclé pour en faire une vraie sportive.
Aujourd’hui en occasion, elle reste méconnue et financièrement très accessible. Les modèles en bon état et de moins de 200 000 km se vendent rarement au-dessus des 2000€.