Bienvenue sur Auto-ies.com

VOTRE SAGA YOUNGTIMER : RENAULT CLIO WILLIAMS (1993-1996)

  • septembre 14, 2020
  • sur Alexandre

A l’époque, la publicité de Renault pour sa sportive le claironne sans humilité: "Vous pouvez rougir de honte, verdir de rage, mais c'est à une Clio que Frank Williams a donné son nom". Digne héritière d'une lignée de Renault sportives, initiée avec la R8 Gordini, puis les R5 Alpine et Supercinq GT Turbo, la Clio Williams pointe le bout de sa calandre en 1993.



Clio Williams, le début d’une saga

La Clio Williams est une évolution de la Clio 16S destinée à la compétition. Pour obtenir l’homologation en rallye, il est impératif d’en produire au moins 2500 exemplaires. Afin de séduire un peu plus de clients, Renault décide de faire un modèle dans la droite ligne de la 16S, avec deux impératifs: des performances sportives et un confort de petite routière.
Développée à partir de la Clio 1.8 16v, la Williams de 2,0 litres est bien plus qu'une simple variante à moteur plus puissant. Pour installer la Clio en catégorie 2000 cm3, la solution choisie est de partir du bloc existant en augmentant sa cylindrée. Ce bloc en fonte (né en diesel) équipe à l’origine les R9/R11.

 

La version essence voit le jour peu après, toujours sur les R9/R11, avant d'équiper tout le haut de gamme Renault en plusieurs déclinaisons de cylindrées (de 1.7L à 2.0L) . Ce même bloc est ensuite le premier moteur Renault à recevoir une culasse à 4 soupapes par cylindre pour la R19 16S, en 1990. Ne reste plus qu’à piocher dans le magasin de pièces et assembler les différents éléments pour obtenir les 15 chevaux supplémentaires. Initialement limitée à 3800 exemplaires, la demande immédiate va contraindre Renault à augmenter le nombre de modèles produits, jusqu’à plus de 5500 unités.

 

Bien plus qu’une bombinette

Avec un poids inférieur à la tonne (990 kg), la Clio Williams se révèle étonnamment rapide et réactive. Elle s’inscrit avec autorité dans les virages et s’offre de belles vitesses de passage en courbe.

 

Un gros moteur dans une petite voiture, voilà un cocktail sympathique qui n’existe quasiment plus aujourd’hui. Le quatre cylindres 2.0 atmosphérique est d’ailleurs la pièce maîtresse de cette Clio : il provoque une franche poussée dans une sonorité plutôt grave, quel que soit le régime moteur. Avec son poids plume les 150 ch s’expriment pleinement et la boîte mécanique à cinq rapports est judicieusement étagée pour les relances. Résultat, la Williams passe de 0 à 100 km/h en 7,8 s et atteint 215 km/h. Des chiffres flatteurs pour l’époque.

 

Clio Williams, un charme fou

La livrée bleue et or de la française fait sensation. Tout d'abord, ce Bleu Sport nacré qui lui apporte profondeur, nuances et élégance. Ensuite, les jantes Speedline couleur or à bord argenté qui apportent la note sportive et font ressortir sa musculature naturelle, caractérisée par des ailes et un capot bombés. Puis le regard capte les multiples rappels de couleur or: "Williams" collés sur les côtés et le hayon en passant par le monogramme "2.0" des ailes avant. Ce n'est pourtant pas grand chose, juste de "l’habillage", mais cela s'avère suffisant pour séduire tous les passionnés !

 

Intérieurement, la couleur bleue est partout, fond de compteurs, pommeau de levier de vitesses, ceintures de sécurité, moquette… de la personnalisation qui ne coûte pas cher et affirme sa différence. Mais il y a tout de même une petite note d’exclusivité avec les sièges baquets en velours, “chipés” à la R19 16S, sur lesquels sont brodés les fameux "W". Et pour le pilote, son baquet offre le réglage en hauteur et lombaire. Enfin, cerise sur le gâteau réservée à la première série, la petite plaque de laiton rivetée sur le tableau de bord porte fièrement le numéro unique de chaque exemplaire, poinçonné entre les logos Williams et Renault. Et voilà comment un mythe se construit à peu de frais…

 

Les évolutions

1993 : La Renault Clio Williams naît avec un moteur de 2.0 litres qui développe 148 chevaux, et des suspensions renforcées par rapport à la précédente Clio de 1.8 litre. Les voitures du premier lot présentent toutes une carrosserie bleue métallique et des jantes couleur dorée. 5400 unités sont produites au total.

 

1994 : Introduction de la Clio Williams 2. Globalement semblable à la première version, mais désormais sans plaque numérotée.

 

1995 : Commercialisation de la Williams 3. Elle propose désormais de série le toit ouvrant et l'ABS. Au total, 6700 modèles de Williams 2 et 3 seront construits.

 

Conclusion

Si votre objectif est de de vivre une relation fusionnelle avec votre voiture et d'éprouver des sensations quelle que soit la vitesse, la Clio Williams est faite pour vous. En plus, à la différence de beaucoup d’autres YoungTimers son prix reste abordable (pour le moment).