Bienvenue sur Auto-ies.com

VOTRE SAGA YOUNGTIMER : RENAULT 11 TURBO (1984-1989)

  • décembre 10, 2020
  • sur Alexandre

Après une Renault 14 mal-aimée, le constructeur français décide de se lancer dans un nouveau projet plus ambitieux. Sa remplaçante doit disposer de deux carrosserie avec (R11) ou sans hayon (R9), et surtout proposer une version dotée d’une motorisation plus musclée, pour concurrencer la référence du segment, la Golf GTI. C’est la R11 qui nous intéresse aujourd’hui.



Renault 11 Turbo, la genèse

L'histoire de la Renault 11 commence en 1977. A cette date, Robert Opron, ancien de chez Citroën prend la direction du service Renault Style . Rapidement, il fait appel à des cabinets de designers extérieurs (notamment Giugiaro et Bertone). En 1982 Renault sort deux voitures conçues sur une même base mais aux carrosseries différentes, les R9 et R11 pour affirmer haut et fort son positionnement sur le premier segment automobile en Europe : les berlines compactes. Objectif avoué: détrôner la Golf. A partir de 1983, la gamme Renault 11 vise plus haut avec l'apparition d'une nouvelle version sportive qui a tant manqué à la R14. Arrive donc la Renault 11 Turbo. Présentée en coach 3 portes, elle doit répondre aux aspirations d’une clientèle attirée par la conduite sportive et donc s'attaquer à l’écrasante VW Golf GTI !

Le look de la R11 Turbo

A l’avant, la calandre à 4 phares rectangulaires donne un petit air d’américaine façon DeLorean DMC-12 dont le constructeur AMC appartient d’ailleurs à l'époque à Renault. La poupe se singularise par un hayon supportant une vaste lunette arrière vitrée. Pour ce qui est du look sportif, le spoiler avant avec ses feux anti-brouillard est spécifique à cette version Turbo tout comme le bouclier arrière. En tout cas, la Renault 11 Turbo ne peut pas être cataloguée de sportive spartiate et dépouillée. Au contraire, elle reprend l’équipement de la TXE déjà pourvue de projecteurs halogène H1, de feux anti-brouillards, de vitres teintés électriques à l'avant, de lave-phares, de la condamnation des portes électromagnétique à télécommande infrarouge. A cette liste déjà complète, elle se voit octroyer quelques ajouts spécifiques comme des jantes en alliage léger à pneus taille basse (175/65 HR 14), des boucliers avant intégrant un spoiler plus grand, des bas de caisse noirs, des strippings latéraux, un volant 4 branches et un levier de vitesse en cuir. Plus une pédale d'accélérateur élargie, un ordinateur de bord, un compteur de niveau d'huile et de pression d'huile, un manomètre de pression de suralimentation, des sièges avant sports. Du coup, le catalogue d’options est vraiment succinct: peinture métallisée vernie, peinture noire vernie, toit ouvrant coulissant en tôle à commande manuelle et conditionnement d'air.

 

Quel moteur sous le capot ?

Côté moteur, Renault reprend une vieille mais fiable motorisation déjà utilisée sur sa R5 Turbo Alpine : le bon vieux Cléon Fonte, un moteur déjà ancien mais qui va trouver une nouvelle jeunesse grâce à l’apport du turbo. Et le résultat est bien là, plutôt sympathique, puisqu’avec moins de 1,4 litre de cylindrée, ce moteur sort 105 chevaux ! Ainsi surgonflée, la R11 Turbo digère le 0 à 100 km/h en 9,3 secondes et déboule à une vitesse de pointe de 190 km/h !

 

Les évolutions de la sportive R11 Turbo

Il a fallu attendre mars 1984 pour que la Renault 11 Turbo pointe sa calandre. Au départ, elle n’est proposée qu’en trois portes à hayon. Sa cible: une clientèle plus jeune, dynamique et moderne.

 

En mars 1985, Renault propose la 11 Turbo en 5 portes.
Dès 1987, le restylage arrive. Les phares sont simplifiés et les feux arrière sont rouges et noirs. Le moteur turbo profite, lui-aussi, de ce lifting pour grimper à 115 chevaux, ce qui améliore les performances mais rend son utilisation moins souple.

 

Enfin, en 1989, Renault arrête la production de son modèle et le remplace par la R19. Pour sa version sportive de la nouvelle, le constructeur au losange revient au moteur atmosphérique avec une toute nouvelle motorisation à 16 soupapes ! Mais ceci est une autre histoire…

 

Aujourd’hui

Moins cotée que la Super 5 GT Turbo, la Renault 11 Turbo offre les mêmes performances ou presque pour un prix bien inférieur, actuellement moins de 6000 € ! Qui plus est, c'est aussi une voiture agréable à conduire au quotidien. Vous allez aimer son moteur souple et énergique, son comportement sain et efficace, son entretien facile et peu coûteux, Les rares versions Zender, au kit carrosserie spécifique et suspensions revues ou les modèles équipées du kit Ferry dont le moteur est retravaillé et plus performant peuvent logiquement prétendre à un tarif plus élevé.