Bienvenue sur Auto-ies.com

VOTRE SAGA YOUNGTIMER : PEUGEOT 405 T16 (1993-1995)

  • septembre 21, 2020
  • sur Alexandre

1992, c’est l’année où Peugeot décide de compléter la gamme de sa familiale de l’époque, la 405. Au menu, un modèle encore plus performant que la version sportive d’alors la Mi16. La 405 T16 est annoncée pour lui succéder. Finalement cette nouvelle sportive ne sort qu’en avril 1993, et plutôt qu’une sportive pure et dure Peugeot a choisi de produire une version grande routière ultra-performante.



Peugeot 405 T16. Une remarquable automobile.

En fait la 405 T16 est la riposte de Peugeot à la Renault 21 Turbo, mais aussi aux concurrentes étrangères : Opel Vectra Turbo 4x4, Alfa Romeo 155 Q. Bien que hyper pointue techniquement parlant, la 405 T16 garde néanmoins son allure de bourgeoise discrète, habillée seulement d’un aileron arrière comme la MI16. La française est sobre aussi à l’intérieur. Le sombre habitacle de cette Peugeot 405 fait très germanique mais en moins flatteur que sur ses concurrentes d’Outre-Rhin. Mais il n’appelle pas de critique particulière.

 

L’instrumentation de la 405 T16 se distingue du reste de la gamme par l’indicateur de température d’huile mais ne comporte pas de manomètre de pression de turbo. L’équipement de la familiale Peugeot est complet et résolument haut de gamme avec la climatisation automatique, les quatre vitres teintées et les rétroviseurs électriques. Les options se limitent au toit ouvrant électrique, à l’autoradio avec 6 haut-parleurs et aux sièges avant chauffants. Le millésime 95 est le premier à offrir un airbag. Les sièges, le volant et le soufflet du levier de vitesse sont en cuir sur la T16, et les assises, les dossiers, la banquette arrière et les panneaux de porte alternent le cuir et l’alcantara.

 

Quel moteur!

Sous le capot, cette version abandonne le moteur atmosphérique pour une cavalerie suralimentée. Ce 4 cylindres turbo de 2 litres à 16 soupapes est profondément retravaillé et profite de solutions très en avance pour l’époque afin de développer ses 200 chevaux sur une plage de 5.000 à 6.500 tr/min. Le couple maximum de 288 Nm est, pour sa part, délivré dès 2.600 tr/min. Une fonction « overboost » permet même de faire temporairement grimper la puissance à 220 ch et le couple à près de 320 Nm !

 

Faire passer une telle puissance sur les seules roues avant n’étant pas jugé très raisonnable, en ce début des années 1990, la bête est équipée d’une transmission à 4 roues motrices accouplée à une boîte manuelle à 5 rapports. L’efficacité obtenue est époustouflante.

 

Performances de la 405 T16. Punch et confort.

Face au chrono, la 405 T16 prend l’avantage face à sa rivale Renault : 235 km/h et 7 secondes au 0 à 100 km/h. Mais plus que tout, l’efficacité routière du modèle combine confort de roulage, stabilité dans les longues courbes et agilité dans les enchaînements serrés ! Une légère tendance au sous-virage peut apparaître sur les petits enchaînements, en partie imputable à l’avant surchargé et à la répartition du couple de 47% sur l’arrière. En tout cas, près de trente ans avant, son comportement routier est digne des meilleurs sportives actuelles de ce début de XXIème siècle. Inconvénient, cette efficacité gomme (un) peu les sensations sportives.

 

La Peugeot 405 T16 aujourd’hui. Rarissime !

Avec ses 1 046 exemplaires produits entre 1993 et 1995, la Peugeot 405 T16 est l’une des plus rares Peugeot de série (peut-être LA plus rare). On en trouve parfois un exemplaire sur les sites d’annonces automobiles, et sa côte commence à sérieusement grimper. A savoir en complément, la Gendarmerie Nationale acheta, à l’époque,10 exemplaires de la Peugeot 405 T16 pour ses Brigades Rapides d’Intervention. On ignore leur destin depuis…