Bienvenue sur Auto-ies.com

VÉHICULE ÉLECTRIQUE: TOUT SAVOIR SUR LES BORNES DE RECHARGE RAPIDE

L’autonomie encore relativement limitée des véhicules électriques et la recharge sur les bornes publiques pas toujours simple à réaliser restent deux freins principaux à l’achat de ce type de voiture. Entre les différents réseaux et les cartes qui permettent d’accéder aux bornes, il y a de quoi se perdre. Alors tentons d'éclaircir le sujet.

 



Quels sont les différents modèles de bornes de recharge?

La contrainte incontournable c’est la recharge à domicile. mais même un véhicule électrique doit, tout comme un thermique, permettre de cruiser sur les grands axes. Malheureusement, l’autonomie limitée des voitures électriques, surtout sur autoroute, rend souvent nécessaires les pauses à une borne de recharge publique.

 

Intéressé(e) par une voiture hybride ? Retrouvez tous les véhicules hybrides

 

Aujourd’hui on dénombre près de 30 000 bornes publiques en France, alors que l’objectif est de 100 000 bornes en 2022. Mais attention toutes ces bornes ne sont pas du même type: La société Ionity déploie des bornes de charge rapide 350 kW, mais surtout des bornes en courant alternatif n’excédant pas 22 kW de puissance. De plus, il faut savoir que toutes n’ont pas le même objectif: par exemple, les bornes de charge rapide visent une utilisation occasionnelle sur les grands axes et non un usage quotidien.
En plus, tout comme les chargeurs de téléphones portables, il existe aussi différents standards de connecteurs pour les voitures électriques, ce qui limite les bornes auxquelles les automobiles peuvent se brancher. Le standard européen est la prise Combo 2 (CCS), qui combine une prise Type 2 pour une recharge en courant alternatif et des broches dédiées aux recharges en courant continu.

 

Il existe aussi quelques exceptions telles les Tesla Model S et X qui doivent utiliser un adaptateur pour se brancher en CCS, ou la Nissan Leaf qui utilise un connecteur CHAdeMO (désolé pour tous ces termes techniques !). Enfin, les voitures hybrides rechargeables se contentent généralement d’une prise Type 2 pour refaire leur “plein électrique” en courant alternatif, car elle ne nécessitent pas des puissances de charge élevées.

 

Où trouver la borne compatible avec votre auto?

La grande majorité des voitures électriques est équipée d'un logiciel de trajet intégré au système d’infodivertissement afin de proposer un itinéraire adapté prévoyant des pauses éventuelles dans des stations de recharge.

 

Attention tout de même car pour ne pas avoir de mauvaise surprise sur le modèle de carte à utiliser sur la borne, ou tout simplement sur son bon fonctionnement en temps réel, il est préférable de consulter d’autres applications pour sécuriser les informations. Par exemple Google Maps et Apple Plans.

 

Quid du mode opératoire et des tarifs? C’est la jungle !

Premier obstacle, peu de bornes permettent (pour l’instant) de charger et payer sans une carte d’accès. Certaines proposent de scanner un QR-code pour payer depuis son smartphone, mais rares sont celles qui disposent d’un terminal de paiement. Il est donc obligatoire de faire l’acquisition d’un badge comme le Chargemap Pass ou le KiWhi Pass, par exemple, qui sont parfois fournis à l’achat d’un véhicule électrique et permettent d’accéder à de nombreux réseaux. Mais, comme rien n’est simple dans ce nouveau monde, tous n’offrent pas les mêmes accès ni les mêmes tarifs, ce qui oblige les propriétaires de véhicule électrique à se munir de différentes cartes.
Et ce n’est pas fini, puisqu’il faut savoir que la tarification de la charge peut s’opérer au kWh, à la minute ou, mais c’est plus rare, à la session. Bon plan à connaître, on trouve des bornes gratuites sur les parkings d’enseignes comme Lidl ou Ikea, mais aussi d’autres magasins. Il est malgré tout préférable de pouvoir recharger à son domicile et de limiter l’utilisation de bornes publiques à un usage occasionnel.

 

Sur autoroutes la recharge est (tout comme les carburants) plus chère. Total facture par exemple entre 0,35 €/kWh (jusqu’à 50 kW) et 0,55 €/kWh (jusqu’à 175 kW) les recharges sur son réseau. C’est environ deux à trois fois plus cher qu’une recharge domestique. De manière générale, l’utilisation des bornes de charge rapide est onéreuse.

 

Pour le réseau européen Ionity, les charges sont facturées en France 0,39 €/min pour les bornes 50 kW et 0,79 €/min pour les bornes 350 kW. C’est cher, très cher même, mais les tarifs peuvent être considérablement réduits en passant par des cartes d’accès : 0,30 €/min sur les bornes 350 kW pour les abonnés à l’offre We Charge Plus de Volkswagen (9,99 €/mois pour les propriétaires d'ID.3 et 17,49 €/mois pour les autres), par exemple.

 

Tesla a choisi d’installer lui-même des bornes de charge rapide depuis 2012. Ses nouvelles installations, les Superchargeurs V3 peuvent délivrer jusqu’à 250 kW. Au total, on recense environ 18 000 Superchargeurs dans le monde, répartis dans 2 000 stations dont environ 80 en France, accessibles uniquement aux Tesla. Les charges sont facturées 0,37 €/kWh (un tarif qui a augmenté de 50% au cours des six derniers mois). Avantage, pas de carte réclamée, il suffit de brancher le câble de charge pour que l’opération commence automatiquement. De plus, les stations sont généralement bien agencées et intègrent des hotspots Wi-Fi. Polyvalentes, les Tesla peuvent bien entendu se brancher sur d'autres réseaux de recharge.

 

Conclusion.

Le monde de la voiture électrique est en perpétuelle évolution. C’est un impératif vital car la voiture à hydrogène est en embuscade. Mais ceci est une autre histoire …