Bienvenue sur Auto-ies.com

RENAULT TWINGO 2020, De l’électricité dans l’air …

  • novembre 2, 2020
  • sur Alexandre

Lancée en 2014, la Twingo, troisième du nom, a subi un petit lifting en 2019, et pour 2020 c’est maintenant côté moteur que le renouvellement arrive. Pour rappel, cette troisième génération est une auto produite en collaboration avec Daimler Benz. Du coup, il a fallu abandonner la traction avant et accepter un moteur à l’arrière pour partager les frais de développement avec les Smart.

 



Renault Twingo III. Ce qui a changé dans le restylage de 2019.

 

À l'avant, les feux de jour à LED sont désormais intégrés dans les optiques. Toujours côté look, à l'avant et à l'arrière, les boucliers ont été redessinés. À bord, c'est surtout la présentation qui a été modernisée avec de nouvelles offres de personnalisation tels que des strippings et de nouvelles couleurs qui permettent de reconnaître le modèle relifté, dont l’esthétique demeure fort séduisante. Malgré l’arrivée de portières à l’arrière, la Twingo conserve sa mignonne petite bouille rigolote qui rappelle un peu celle de la première génération. Renault a aussi souhaité rendre sa Twingo « plus classe », en supprimant un grand nombre de pièces de plastique trop visibles sur la carrosserie.

 

Les feux diurnes intégrés dans les projecteurs héritent d’une signature en forme de « C », fidèle au reste de la gamme. Les feux arrière surplombent désormais un bouclier intégralement laqué. Ce dernier est maintenant traversé par un jonc chromé au niveau du bas de la plaque d’immatriculation. Enfin, on remarque l’arrivée d’une poignée, intégrée à l’essuie-glace, pour faciliter l’ouverture du hayon.

 

Au volant de la Renault Twingo III. Du bien et du moins bien.

 

Une fois installé au volant, on retrouve la position de conduite caractéristique de la Twingo du genre “assis sur un tabouret” . Cette posture est loin de faire l'unanimité, surtout chez les plus grands gabarits qui lui reprochent une assise beaucoup trop haute et trop courte avec en plus les pieds relevés, et le volant beaucoup trop bas.

 

A l’arrière, les passagers disposent d’un espace tout juste correct aux jambes, et là encore la garde au toit réduite transforme les trajets des grands en voyages inconfortables. Le volume de chargement varie toujours entre 188 et 980 litres une fois la banquette rabattue, ce qui est plutôt bien placé dans la catégorie. La banquette arrière fractionnable par moitié permet d’augmenter la longueur de chargement à 2, 30 m. L’intégration d’une unique aération placée sur l’aile arrière gauche, a pour objectif d’améliorer l’admission d’air et non refroidir davantage le moteur qui a toutefois tendance à jouer le chauffage d'appoint dans le coffre.

 

Moteurs. Du neuf, du neuf.

 

La micro-citadine, cousine de la Smart Forfour, revoit son offre de moteurs afin de respecter la nouvelle norme dès le début de 2021. Ainsi, le constructeur au Losange fait évoluer son entrée de gamme avec un moteur atmosphérique 1.0 SCe de 65 ch retravaillé, adapté à la norme Euro 6.d Full. Les prix en profitent pour grimper mais uniquement sur la finition d'entrée de gamme Life. Par contre, pour un temps très court, une série spéciale Team Rugby fait descendre le prix avec un tarif sous la barre des 10 000 € mais pour un millier d’exemplaires seulement.

 

A ses côtés, le 1.0 SCe de 75 ch est, lui, en sursis puisqu'il est resté à l'ancienne norme Euro 6 D-Temp. Il débute en finition Zen. Même chose pour la finition Intens, qui gagne 10 ch supplémentaires. Enfin, une version Signature, plus haut de gamme, est disponible depuis peu sur la Twingo, et débute avec le trois-cylindres atmosphérique de 75 ch.
Le plus gros moteur, un trois-cylindres turbo de 95 ch, est lui en fin de carrière. Trop coûteux à mettre aux normes d'ici la fin de l'année, il est remplacé par la Twingo Electric qui débute avec un moteur électrique de 82 ch et offre un tarif similaire grâce au bonus écologique et des performances proches. Ainsi, les derniers exemplaires du TCe 95 ch, en version à boîte manuelle ou automatique EDC, seront vendus jusqu'en décembre 2020 avant leur arrêt complet.

 

Conclusion

Avec les années, la Renault Twingo est devenue un modèle beaucoup plus abouti grâce à une succession de modifications bien calibrées et à un moteur d’entrée de gamme enfin à la hauteur de sa réputation. Elle peut désormais s’aventurer avec une certaine aisance hors de son terrain de jeu favori, la ville, où son rayon de braquage fait merveille. Plus confortable,
plus sobre, la puce de Renault est désormais recommandable, même si son tarif reste assez élevé. La Twingo s’adresse d’abord à ceux qui cherchent la plus petite auto possible pour se faufiler en ville. Les autres se tourneront vers l’offre des nombreuses citadines du segment B, à peine plus chères et beaucoup plus polyvalentes.