Bienvenue sur Auto-ies.com

QUELLE TYPE DE VOITURE HYBRIDE CHOISIR ? THAT IS THE QUESTION !

  • octobre 26, 2020
  • sur Alexandre

Depuis l’apparition de la Toyota Prius il y a plus de vingt ans les véhicules hybrides semblaient avoir du mal à percer en France. Mais désormais tout s’accélère brutalement, le phénomène est désormais en pleine expansion: 11,3% de parts du marché hexagonal sur les six premiers mois de 2020 pour ce type de motorisation.

 

Un véhicule hybride, c’est quoi ?

C’est une automobile associant un moteur thermique (essence ou diesel) avec un moteur électrique plus ou moins gros. Pour simplifier on peut dire qu’il existe quatre grands types d’hybridation: le micro-hybride, le mild-hybrid, le full-hybrid et l’hybride rechargeable. Mais seulement deux sur ces quatre permettent de rouler plus ou moins loin en tout électrique.

 

La technologie micro-hybride. C’est le premier niveau.

Un alterno-démarreur est installé pour démarrer le moteur et recharger la batterie. C’est cet alternateur qui assume le système Stop&Start (déjà existant sur de nombreux modèles d’autos). Le fonctionnement ? A l’arrêt le moteur thermique s’éteint puis redémarre automatiquement lorsque le conducteur retire son pied de la pédale de frein. Avec ce procédé on peut économiser jusqu’à 10 % de carburant. Plus le parcours est citadin, meilleure est l’économie.

 

Le Mild-Hybrid aussi appelé hybridation légère ou MHEV (Mild Hybrid Electric Vehicle).

Toujours pas de moteur électrique d’appoint pour mouvoir le véhicule, mais on se trouve là avec un alterno-démarreur plus puissant et un système de récupération de l’énergie lors des phases de décélération qui permet de recharger une batterie annexe. Conséquence lors des phases d’accélération l’alterno-démarreur vient en aide au moteur et permet une consommation moindre de carburant, de l’ordre de 15 à 20%.

 

Le Full-Hybrid, en français Hybride total ou HEV (Hybrid Electric Vehicle).

C’est le vrai système hybride puisqu’il s’agit d’un moteur thermique couplé à un autre moteur, lui électrique. Ces deux moteurs peuvent fonctionner chacun à leur tour ou simultanément pour faire avancer la voiture. Les systèmes plus basiques de Stop&Start et de récupération d'énergie sont bien entendus toujours présents à ce niveau.

 

En général le moteur électrique agit en solo sur quelques kilomètres et uniquement pour des vitesses inférieures à 50 km/h. Au delà, c’est le thermique qui reprend les rennes. Les deux travaillant de concert au besoin pour un surcroît bref de puissance, par exemple un dépassement.

 

Avec ce type de véhicule hybride le gain en carburant est plus conséquent: selon les trajets il est possible d’escompter jusqu’à 40% d’économie à la pompe lors de déplacements essentiellement urbains.

 

L'Hybride rechargeable ou PHEV (Plug-In Hybrid Electric Vehicle).

C’est le système le plus onéreux à l’achat, mais Il cumule gain de performance et confort de conduite.
Avec lui il est possible de rouler (actuellement) jusqu’à 60 km en tout électrique grâce à ses batteries plus puissantes et un ou plusieurs moteurs électriques plus costauds.

 

Avantage, il faut dans la plupart des cas moins de 5 h pour recharger les batteries et pas de crainte de tomber en panne sèche puisque le moteur thermique prend le relais si les batteries sont vides et les recharge (un peu). En prime, la facture de carburant fossile peut se révéler négligeable chaque mois si vos trajets quotidiens s’y prêtent.

 

Sur quelles aides financières compter (pour l’instant !).

Déjà les aides de l’Etat:

Un bonus écologique de 2000€ pour l’acquisition d’une hybride rechargeable neuve avec quelques réserves (le véhicule doit produire moins de 50 g de CO2 au km, son prix doit être inférieur à 50 000€ et enfin son autonomie en tout électrique doit dépasser les 50 km).
En plus, depuis juin 2020, il est possible d'obtenir une prime à la conversion (sous condition de revenu) de 2500€ à 5000€ si vous envoyez à la destruction un véhicule classé Crit’Air 3 ou plus, c’est à dire les engins fonctionnant à l’essence immatriculés avant 2006 et ceux diesel immatriculés avant 2011.

 

Dernier coup de pouce, selon votre région de résidence vous pouvez aussi économiser tout ou partie du prix de votre carte grise. Une jolie petite économie supplémentaire à la clé.

 

Il est possible de compter aussi sur quelques actions commerciales ciblées des constructeurs. Dans le marasme du marché automobile actuel, ils ont besoin de se positionner sur ce marché. D’ailleurs aujourd’hui peu de marques ne disposent pas d’au moins un modèle hybride au catalogue.

 

Conclusion:

Compte tenu d’un prix d’achat plus élevé, les avantages d’un véhicule hybride par rapport à d’autres motorisations sont surtout significatifs pour les utilisateurs qui parcourent de courtes distances avant tout dans les zones urbaines et périurbaines. En revanche, l'intérêt est très relatif sur autoroute ou les longs déplacements à vitesse plus élevée.