Bienvenue sur Auto-ies.com

PEUGEOT 2008, chronique d’un succès annoncé

  • avril 23, 2020
  • sur Alexandre

Oublié le break surélevé héritier du SW, le 2008 deuxième génération est devenu un SUV à part entière. Or le segment des SUV urbains et le plus tendance en ce moment. Alors, une bonne pioche pour Peugeot oui ou non ?



L’extérieur du nouveau 2008, un air de famille

Presque la copie parfaite de son grand frère le 3008, il en reprend le style, ceinture de caisse haute, arêtes et angles très visibles de même que le profil et le trois-quarts arrière. Par ses dimensions aussi il en impose: 14 cm de plus en longueur et 3 cm plus large, que le l’ancien, il pointe désormais à 4,30 m et devient l’un des plus grand de son segment. D’ailleurs il mesure seulement 15 cm de moins que le 3008 et en copie l’aspect statutaire, en à peine plus petit. Peugeot jusqu’au bout des pare-chocs le 2008 partage certains gimmicks de la marque comme les feux de jour verticaux identiques à ceux de la nouvelle 208 et de la 508 ou les feux arrière très proches de ceux du grand frère 3008. Tout cela lui donne un côté solidement campé sur ses roues.

 

A bord du 2008, c’est la fête

Profitant de l'augmentation des côtes, l’espace à bord augmente. L'empattement qui se voit allongé de 6 cm permet un accueil très confortable pour les passagers à l’arrière. Et un peu moins pour le coffre qui ne gagne que 10 l avec 434 l. En revanche l’assise de la banquette est devenue fixe ce qui fait perdre au 2008 un peu de sa modularité. Le changement est surtout visible aux places avant. On retrouve l'agencement désormais classique chez le constructeur de Sochaux, technologique et bien fini avec des matériaux de qualité. L’ambiance est agréable et cocoon, façon cockpit.

 

L'écran est orienté vers le conducteur, mais la position de conduite et l'implantation “haut perchée” des instruments ne font toujours pas l’unanimité car le haut du volant, pourtant de toute petite taille, masque parfois le bas des compteurs. Dans cet habitacle, on retrouve la planche de bord de la berline 208 avec son i-cockpit toujours composé du petit volant, d’une instrumentation 100% numérique qui en plus est désormais 3D, et un écran multimédia tactile qui selon les versions peut grimper jusqu’à 10 pouces. Cette 3D est paramétrable et se remarque immédiatement par les plus qu’elle apporte: En fonction des choix du conducteur, les écrans central et d’instrumentation se teintent, selon son souhait, de vert, de rouge ou de bleu. Last but not least, comme le disent les anglo-saxons, il est également possible de choisir l’une des huit couleurs de liserés qui brillent sous la planche de bord et sur les portières.

 

Sur la route, le 2008 c’est le le mariage de la 208 et du 3008

Développé à partir de la plateforme de la 208, il en reprend les gènes: Son toucher de route si particulier, ses mouvements de caisse contenus et son train avant incisif… Seule la filtration peut se révéler rude à basse vitesse selon l’état de la chaussée et avec la monte de 18 pouces. En revanche l'empattement plus long que la 208 favorise une plus grande stabilité mais à l’inverse un caractère moins joueur. Le choix retenu ici privilégie le duo confort/dynamisme.

 

Côté moteurs, trois essences sont présents avec les Puretech 100, 130 et 155 ch.Les gros rouleurs peuvent quant à eux lorgner vers les moteurs Diesel 1.6 BlueHDi de 100 et 130 ch.
Le 3 cylindres essence de 130 ch, représente certainement le meilleur compromis de la gamme 2008, (il remporte d’ailleurs la majeure partie des ventes), car il se révèle le plus agréable des motorisations thermiques.

 

Une nouveauté, l’arrivée d’une version 100% électrique. Une première sur un SUV de la la marque. Son nom e-2008. Il entre en concurrence frontale avec le Hyundai Kona électrique, seule autre concurrent électrique sur le segment. L’ e-2008 dispose du même moteur que l’e-208 soit un moteur de 100 kW (équivalent à 136 ch) fort de 260 Nm, alimenté par une batterie de 50 kW/h. Il annonce 310 km d’autonomie selon la norme WLTP. Pour recharger il faut prévoir 16 heures sur une prise domestique, 7 h 30 sur une wallbox monophasée, 5 heures sur une triphasée. Mais seulement 30 min suffisent pour retrouver 80% de la puissance de la batterie sur une borne rapide de 100 kW.

 

Conclusion

Bonne pioche, donc, pour Peugeot avec ce nouveau 2008. Le plaisir de conduite et le confort sont réels. Tout a fait ce que l’on attend d’une production Peugeot. Et si la tendance se confirme en matière de véhicules électriques la version e-2008 aura pris une belle avance dans le petit monde des SUV.