Bienvenue sur Auto-ies.com

NOTRE SAGA YOUNGTIMER Episode 3 : La Volkswagen Golf GTI (1975-1984)

  • juin 11, 2020
  • sur Alexandre

Au tout début des seventies, il est temps pour Volkswagen de remplacer sa Coccinelle hors d’âge. Le bond dans le futur est confié à la Golf qui apparaît en 1974. Comme le modèle se révèle très bien né, une évolution de petite sportive en est très vite extrapolée c’est la “GTI”.



Golf GTI. Les premiers pas

Présentée à l’occasion du salon de Francfort de 1975, la Golf GTI fait sensation. Baptisée des trois lettres GTI : "G" pour Grand, "T" pour Tourisme et "I" pour Injection. Son concept est novateur, offrir une petite sportive performante à un prix accessible.

 

Pour la différencier des autres versions Golf plus modestes et/ou plus classiques, ses concepteurs l’ont habillée de quelques détails qui vont faire date : des bordures rouges sur la grille de calandre, un spoiler avant plus imposant, des élargisseurs d'ailes en plastique noir, un contour noir mat du pare-brise, et un ciel de pavillon noir. La personnalisation se poursuit à l’intérieur avec la fameuse balle de golf en guise de pommeau sur le levier de vitesses et les sièges sport revêtus d’un tissu à carreaux de style écossais. Du grand Art !

 

Pour les couleurs de carrosserie, c’est uniquement du gris, rapidement complété par du rouge, les autres coloris n’arriveront que plus tardivement.
La commercialisation de la GTI est vite un succès. Dès la première année, VW en vend 10 fois plus que le nombre initial prévu. Et ce n’est que le début du succès !

 

La Golf GTI. Découvrons le côté mécanique

Basée sur la Golf standard, les ingénieurs lui attribuent un 1600 cm3 amélioré avec l’aide des motoristes de chez Audi. Grâce à une injection Bosch K-Jetronic elle développe 110 ch à 6100 tr/mn. Avec une boîte de vitesse à 4 rapports, cette Golf sportive atteint les 185 km/h, malgré un design très “carré” (signé Giorgetto Giugiaro) peu favorable à la pénétration dans l’air. Fiable, habitable, performante, pratique, amusante à conduire la Golf GTI devient le must qu’il faut avoir dans son garage.

 

Le seul reproche qui lui est fait concerne son freinage peu endurant et une boîte qui n’offre que 4 rapports seulement. Dès 1978, la GTI reçoit un radiateur d'huile et un embrayage plus gros. L'année suivante, VW tient compte des rares critiques émises et propose une boîte 5 vitesses. Cette modification permet d’abaisser la puissance fiscale de 9 à 8 CV. Toujours pour ce millésime, la garantie anticorrosion devient disponible et les très petits pare-chocs sont remplacés par des modèles plus gros. En 1982, elle hérite d’un 1800 cm3 fort de 112 ch, qui lui donne plus de progressivité, plus de couple et plus de souplesse pour les trajets au quotidien.

 

La GTI et ses évolutions

Au fil des années, la GTI va évoluer. En 1981 les feux arrière deviennent plus volumineux, le pare-brise est désormais feuilleté, les phares à iode apparaissent et la planche de bord, le volant et le pommeau de levier de vitesse sont redessinés. La GTI reçoit aussi un ordinateur de bord, un nouveau volant et diverses innovations. Nouveauté pour la Golf GTI, elle devient plus familiale en étant disponible en 5 portes ce qui n'était pas possible jusque là. De nombreuses séries spéciales (Plus, Rabbit, Pirelli) vont suivre. Arrive enfin 1984 l'année du crépuscule pour la Golf I GTI qui est proposée en deux finitions : GTI Plus avec un équipement toutes options et la Rabbit GTI à la finition simplifiée. Le phénomène GTI est alors à son apogée. La Golf I s’efface alors devant la Golf II, qui poursuit sa carrière sportive avec la même mécanique. Mais le mythe est en marche.

 

Conclusion

Cette première génération de GTI a finalement été un véritable best seller. En totalisant 460 000 exemplaires vendus alors que 5000 étaient initialement prévus. Désormais cultissime, la Volkswagen Golf I GTI a beaucoup d’arguments à faire valoir. Mignonne, polyvalente, efficace et bien construite, l’allemande s’arrache désormais à prix d’or chez les aficionados.