Bienvenue sur Auto-ies.com

Notre essai de la Jeep Renegade

  • août 26, 2019
  • sur Alexandre

Lancé en 2014, le Renegade est LE succès de Jeep en Europe et plus particulièrement en France. Pour 2019, il se pare d’une face avant style Wrangler et s’offre de nouveaux moteurs.



Jeep Renegade,un parfum d’Amérique

Jeep a dévoilé son nouveau Renegade 2019 en primeur européenne lors du salon automobile de Turin, en Italie. Le modèle commençait à faire sinon vieux, un tantinet dépassé ; le temps était venu pour le SUV compact d’être retouché. À la vitesse où vont les choses dans l’industrie, l’immobilisme peut être mortel.
Cette nouvelle mouture demeure…carrée. Les changements qu’on peut apercevoir touchent surtout les optiques : les phares avant sont nouveaux, ils bénéficient maintenant d’un cerclage à base de diodes, alors que les feux arrière, bien qu’ils conservent leur forme de croix caractéristique du Renegade, ont également été modifiés.
On découvre aussi de nouveaux boucliers avant et arrière. Même s’il partage sa plateforme, ses technologies et motorisations avec son cousin transalpin Fiat 500X, le Renegade est une authentique Jeep, et la concurrence hexagonale dominatrice des Peugeot 2008 et Renault Captur ne semble pas effrayer le petit américain.

 

Que de changements

A l’occasion de ce millésime 2019, Jeep propose beaucoup de nouveautés non seulement comme nous l’avons vu au niveau du style mais aussi dans les équipements de confort (connectivité) et de sécurité avec un contenu technologique qui se dote de nouvelles aides à la conduite avec l’aide au stationnement, le freinage d’urgence actif (en fonction des finitions), l’alerte de franchissement de ligne ou encore le système de limitation de vitesse intelligent couplé avec la lecture des panneaux de signalisation. L’autre nouveauté est sous le capot et elle concerne les moteurs avec deux nouveaux blocs essence 1.0 turbo 120 ch et 1.3 150 ch. C’est surtout le premier qui va représenter le gros des ventes dans l’hexagone et ce malgré son malus écologique. 
Uniquement proposé en traction 2 roues motrices et couplé avec une boîte mécanique à 6 rapports, ce petit moteur tout en aluminium qui ne vibre pas (malgré l’absence d’un arbre d’équilibrage) est doté du dernier système MultiAir qui gère l’admission d’air et d’essence. À l’usage, il se montre extrêmement polyvalent tant sur route qu’en usage urbain et relativement discret avec le ronronnement classique d’un 3 pattes. Très léger (moins de 95 kg avec la boîte), cet ensemble ne perturbe pas le train avant qui guide parfaitement malgré la prise de roulis et les mouvements de caisse car contrairement à sa cousine italienne dont la suspension est raide comme une barre de fer, le Renegade mise sur plus de confort avec une suspension au débattement plus important. Du coup, l’agrément de conduite est bien réel et ce malgré une puissance qui n’a rien d’exceptionnelle. Seul bémol, la consommation annoncée à moins de 6 litres aux 100 km passe largement le cap des 9 litres, démontrant les limites du “downsizing”.

 

Impressions au volant

Avant même de monter à bord du Renegade, le charme agit déjà : c'est sans aucun doute le modèle au style le plus original de la pourtant très fournie catégorie des SUV avec ce concentré des détails typiques de la marque. Deux grands projecteurs ronds séparés par une calandre aux sept ouvertures verticales et une silhouette dessinée au carré jusqu'à la découpe des ailes en font une Jeep qui se reconnaît à plusieurs kilomètres, surtout dans la teinte « Colorado Red ».  
Même si on frôle la caricature avec la signature lumineuse des feux arrière façon jerrycan et les étoiles US Army sur les portières.
Malheureusement, la forme dessert fortement la vie à bord : le pare-brise court et ses montants épais associés au capot large, long et horizontal pénalisent fortement la visibilité, rendant pénible les manœuvres dans les parkings, le diamètre de braquage conséquent de l’engin n'arrange rien. Bien que le Renegade ne fasse que 4,23 m de longueur, on a l'impression qu'il frôle les cinq mètres. Mais il suffit que le conducteur regarde vers l’arrière pour revenir à la réalité : la place aux jambes des passagers arrière est à peine supérieure à celle offerte par les Renault Captur et Peugeot 2008 et le volume de coffre est l'un des plus petits de la catégorie, avec 351 litres. La Jeep Renegade se rattrape un peu avec son châssis : ce n'est pas le plus agile du marché, mais il se montre toutefois confortable sans prendre trop de roulis dans les courbes. La direction offre une résistance agréable même si elle transmet mal les informations.  
Le restylage a, de plus, offert une mise à jour profonde de l'équipement avec une dotation de série ou en option qui comprend désormais régulateur de vitesse adaptatif, freinage automatique d'urgence, alerte de véhicule dans l'angle mort, détection d'obstacle en marche arrière, aide au parking automatique améliorée avec détection d'obstacles latéraux et système multimédia avec un bel écran de 8,4 pouces (malheureusement placé un peu trop bas) et la connectivité Apple CarPlay et Android Auto. On aurait juste aimé, pour conserver une impression générale qualitative initiée par la finition et le choix des matériaux, que les différentes interventions sonores à bord, des clignotants à l'alerte d'angles morts, ne donne pas l'impression d'avoir été enregistrées avec un jeu électronique des années 1990. Malgré cela, en démarrant sous la barre des 20 000 € même en ajoutant le malus écologique, les tarifs du Renegade sont agressifs et permettent d'oublier un certain nombre de défauts. À motorisation et équipement équivalents, il faudra en effet débourser 350, 1 000, 1 500 et même 3 000 € de plus pour respectivement un Hyundai Kona un Opel Crossland X, un Renault Captur et un Volkswagen T-Roc

 

Jeep Renegade, conclusion

Avec ce nouveau Renegade, Jeep vise juste, en se démarquant comme toujours par son son look inimitable. Bien équipé et très agréable à vivre ce Renegade possède des arguments pour séduire dans un segment désormais très concurrentiel. Le Jeep Renegade est certainement le rêve américain à un tarif accessible pour nombre de conducteurs français.

Laisser un commentaire