Bienvenue sur Auto-ies.com

Les flops de l’histoire automobile: Citroën C6

  • décembre 11, 2017
  • sur Alexandre

Les constructeurs automobiles tricolores essuient de façon récurrente et depuis longtemps échecs sur échecs dans le haut de gamme. La Citroën C6, dernière limousine française, n’a pas fait exception à la règle.

 

CITROEN C6

Son flop a été encore plus retentissant que celui de ses deux rivales françaises de la catégorie, la Renault Vel Satis et la Peugeot 607.
Sortie en 2005 et programmée pour 20000 ventes par an, le navire amiral de la marque aux chevrons n’a totalisé en 8 ans d’existence que 23384 exemplaires produits avec une pointe record annuelle réalisée en 2007 avec 7600 autos produites.

 

Et pourtant, à défaut d’image dans la catégorie des véhicules de luxe, la C6 pouvait se targuer de quelques points forts:

Une silhouette originale et élancée avec de jolies courbes, tout en restant une voiture bi-corps, c’est à dire avec une malle et non un hayon. Justement un des credos du type de clientèle visé.
Son très grand confort grâce à la suspension hydractive “maison” de dernière génération et des fauteuils dignes des meilleurs canapés anglais.
De belles motorisations V6 dont le HDI conçu en collaboration avec Ford, une mécanique qui équipe aussi les Jaguar et Land Rover.
Des innovations (en 2005) telles que l’affichage tête haute sur le pare-brise, l’alerte de franchissement de ligne, la climatisation séparée, ou encore tous les vitrages feuilletés pour un meilleur confort sonore.

Citroën C6 Citroën C6

Alors que s’est-il passé pour que la C6 rate sa carrière?

Le soutien massif et obligatoire des commandes des ministères, administrations, ambassades et entreprises nationales, obligés de rouler dans un modèle français ne pouvait à lui seul remplir le carnet de commande.
Le prix très élevé pour un modèle de luxe sans image (le modèle V6 en finition Exclusive nécessitait un modeste chèque de plus de 57000 euros) ne pouvait séduire grand nombre de prospects et/ou même les fanatiques de la marque.

 

Mais une fois de plus la raison de l’échec se trouve dans le look anti-conformiste et plutôt baroque de son dessin. Malgré ses nombreuses qualités, cette automobile n’était pas en adéquation avec la clientèle des modèles haut de gamme qu’elle voulait séduire. L’acheteur de ce segment privilégiant en effet la sobriété du design et le conformisme des voitures comme celles de la production allemande par exemple.
La C6 leur offrait l’exact inverse, et dès sa présentation en 2005, nier cette évidence relevait de la méthode du célèbre docteur Coué.

 

Laisser un commentaire