Bienvenue sur Auto-ies.com

ESSAI VOLKSWAGEN T-CROSS

  • juillet 23, 2020
  • sur Alexandre

Le T-Cross est né en avril 2019. Il hérite de la base technique de la Polo, et de la plupart de ses motorisations. Côté style il reprend les codes de son grand frère le T-Roc avec sa large calandre débordant sur les optiques et ses protections de carrosserie au niveau des ailes et des bas de caisse.



La vie à l’intérieur du T-Cross. Du bien et du moins bien.

Si le T-Cross réalise presque un sans-faute en matière d’habitabilité et de modularité, il ne mérite pas de lauriers sur la qualité perçue. Les plastiques de l’habitacle sont durs et souffrent d'un aspect basique, surtout sur la console centrale et les contre-portes. On s’attend à mieux de la part de Volkswagen. C’est d’autant plus dommage que la présentation est travaillée et moderne, avec un écran tactile placé à la bonne hauteur et une ergonomie sans reproche.

 

À l'intérieur, le tableau de bord haut de gamme présente une disposition très traditionnelle. Pas d'écrans tactiles mais des boutons classiques, à l'exception de l'écran multimédia. La climatisation reste contrôlée par des boutons, ce qui peut-être perçu comme moderne ou rétrograde. Si on souhaite moderniser l’ensemble, on peut choisir (en option) l'Active Info Display, le tableau de bord digital. L'atmosphère est typiquement allemande, c’est à dire sobre et sévère, bien que quelques touches de couleurs égayent un peu cet intérieur si germanique. Le tout est plutôt bien fini, mais le choix des matériaux trahit son ascendance de Volkswagen Polo.

 

La vie à bord du T-Cross et ses aspects pratiques

Doté d’une longueur de 4,11 mètres, le T-Cross est l'un des SUV urbains les plus courts du segment (4,12 m pour le Renault Captur et 4,16 m pour le Peugeot 2008). Mais il est grand à l’intérieur grâce à sa banquette arrière coulissante sur 14 cm. Cette banquette livrée en série sur toutes les versions permet de favoriser l’espace pour les passagers ou au choix le volume du coffre. Un coffre qui oscille entre 385 et 455 litres. Ses géniteurs ont aussi soigné les aspects pratiques, avec la présence d’un double plancher de coffre qui permet d’obtenir un plancher plat et un siège passager pouvant s’abaisser pour charger des objets longs (en série sur Lounge).

 

Et sur la route avec le T-Cross? Sérénité avant tout.

La tenue de route est typée allemande: sans surprise, stable et saine, avec un confort parfois un peu rigide et sec. Sur route mouillée, le T-Cross a curieusement du mal à transmettre sa puissance au sol. Donc, le conducteur doit moderer son pied droit . L'équilibre entre le confort et la dynamique de conduite reste très bon, alors que certains concurrents font un choix plus orienté vers l'un ou vers l'autre. En prenant place au volant, on apprécie les grandes amplitudes de réglages du siège permettant de trouver facilement sa position de conduite. Si l’on prend pour référence le petit trois cylindres, il surprend par sa discrétion et son absence de vibrations.

 

Presque inaudible à vitesse stabilisée (il faut vraiment monter dans les tours pour le percevoir), ce moteur est d’une grande souplesse dès 2.000 tr/min et il est associé à une boîte manuelle à 6 rapports agréable à manipuler. Seuls quelques à-coups à basse vitesse viennent ternir le tableau. En ville, le T-Cross s’apprécie pour son confort de roulement et son agréable maniabilité. Sur la route, le bilan reste positif. L’insonorisation est acceptable, et le freinage facile à doser. Les performances du moteur sont suffisantes, même s’il est parfois nécessaire de rétrograder lors des relances. Si le comportement routier du T-Cross est sûr, on regrette, par contre, son manque de dynamisme sur les petites routes. Les réglages du châssis ont clairement été prévus pour favoriser le confort. Sur ce point, le T-Cross remplit parfaitement sa mission.

 

Conclusion

Le Volkswagen T-Cross arrive après les autres sur le créneau des petits SUV, mais son constructeur a pu s’enrichir de la concurrence pour concevoir un modèle qui colle plus aux souhaits et aux besoins des consommateurs : le T-Cross est petit à l’extérieur pour faciliter l’utilisation en ville et suffisamment spacieux à l’intérieur pour transporter au large ses occupants.
Mais, on lui reprochera toutefois un habitacle qui aurait gagné à être un peu plus soigné, notamment en ce qui concerne les matériaux.