Bienvenue sur Auto-ies.com

ESSAI SUZUKI S-CROSS

  • juin 15, 2020
  • sur Alexandre

Après l’abandon de ses motorisations diesel sur le marché français il y a déjà plusieurs mois, le constructeur japonais s’appuie désormais pour son modèle S-Cross sur un nouveau moteur 1.4L Booster Jet associé à un système d'hybridation légère (SHVS 48V). L’ensemble développe maintenant 129 ch et 235 Nm de couple. Profitons en pour redécouvrir ce crossover.



Suzuki S-Cross. Un dessin des plus classique

Si vous n’aimez pas vous faire remarquer, le S-Cross est fait pour vous. Il fait dans la discrétion et les piétons ne se retournent pas sur son passage lorsque qu’il déambule presque incognito dans les rues. Le design de sa carrosserie est discret, plutôt classique (daté disent ses détracteurs!) loin des canons esthétiques actuels parfois futuristes de certains de certains de ses concurrents du même segment. Depuis son lifting de 2016 il présente une face avant modernisée, des feux à LED, et surtout une calandre à barrettes chromées verticales, un peu dans le style des productions du constructeur américain Jeep.

 

L’intérieur du S-Cross. Un habitacle simple

Une fois à bord, première constatation, les compteurs sont classiques, avec des aiguilles, et l'écran de l'ordinateur monochrome manque de classe et de modernité … mais reste pratique. La finition est moyenne, en retrait des standards actuels et les plastiques durs sont trop présents. Ceci dit, l’essentiel est là, avec par exemple une connectivité qui intègre Apple Carplay et Android Auto. Cela permet d’utiliser aisément les fonctions de navigation et multimédia lorsque l’on dispose d’un smartphone.

 

Le nouveau système de motorisation,en tout cas, ne modifie ni l’habitabilité, ni la capacité de chargement. En effet, la batterie et le convertisseur qui composent le dispositif d’hybridation légère de 48V se situent sous les deux sièges avant. Du coup, l’habitabilité arrière et le volume de coffre restent dans la moyenne, par rapport au gabarit. N’oublions pas qu’avec ses 4,30 m de longueur, le S-Cross ne peut faire de miracle face à des modèles plus grands de 15 cm. Malgré cela, l'espace aux jambes est correct à l'arrière, et le volume de coffre de 430 litres remplit correctement son office.

 

Le S-Cross. Parlons moteur. Une trouvaille géniale

Ce fameux 1.4L Booster Jet, avec ou sans hybridation, est désormais le seul moteur proposé au catalogue mais il ne bénéficie pas de l’apport d'une puissante batterie qui permettrait par moment une traction 100% électrique. Du coup, comment cela fonctionne ?
En comparaison d’un full hybride ou d’un hybride rechargeable, le système utilisé par Suzuki est simple, léger et peu onéreux. En effet, le poids supplémentaire (batterie, moteur, système électrique) est de 15 kg seulement, et le surcoût limité à 1 500 € par rapport à l'ancien 1.4 Booster Jet 140. Rentabilisé, de fait, par la baisse du malus écologique, en partie pour la version 4x2, en totalité pour la version 4x4.

 

Le système est simple : le moteur électrique hérite de l'énergie récupérée en phase de décélération et de freinage, et la restitue lors des accélérations. À noter que le système n'est pas “full hybride”, il est donc impossible de rouler avec le moteur électrique seul, même pas sur une courte distance. C'est une hybridation légère, qui vient seulement en appui du moteur thermique et on peut suivre sur l’écran( entre les deux compteurs analogiques) les flux d’énergies. Tout cela prend du sens lors des phases de régénérations. En plus, la batterie maintient la veille des équipements pendant les phases de Start/Stop.

 

Le comportement routier du S-Cross. Un agrément amélioré

Avec cette nouvelle motorisation le S-Cross, perd 11 ch et 10 km/h en vitesse maximum. Mais les 190 km/h en pointe restent très corrects et les performances sont identiques. En effet, l'assistance du moteur électrique à l'accélération permet de maintenir le 0 à 100 km/h en 9,5 s pour la version 4x2 et 10,2 s pour la version 4x4. Bien que l'effet boost du système hybride soit très court et s'essouffle en quelques secondes, c’est un appoint de puissance instantanée tout à fait appréciable.d’autant que la recharge de la petite batterie est tout aussi rapide. Il suffit d'une bonne descente et de quelques freinages pour la “regonfler” à pleine capacité. Petite précision, au lever de pied, la récupération d'énergie crée un frein moteur assez important, qui donne l'impression d’actionner légèrement la pédale de frein. Déstabilisant au début, mais cela économise les plaquettes de frein !

 

Sur la route le S-Cross est confortable et sympathique pour le dos des passagers, mais pour le conducteur il manque un peu de dynamisme.avec sa direction, certe précise, mais sans grand retour d'information.
Sa tenue de route reste rassurante surtout en version 4x4 Allgrip. D'ailleurs, le S-Cross est un des rares à proposer une transmission intégrale. Dernière constatation: Il est assez mal insonorisé et filtre mal les bruits de roulement et les bruits d'air. Enfin son freinage manque de mordant.

 

Conclusion

Ne nous le cachons pas le Suzuki S-Cross a déjà 7 ans et malgré le restylage de 2016, l’heure de la retraite va sonner pour lui. Pourtant, avec cette nouvelle motorisation micro-hybride il reste un bon choix surtout en version 4X4 ou il n’existe pas vraiment de concurrence sur le marché.