Bienvenue sur Auto-ies.com

ESSAI OPEL ASTRA

  • avril 2, 2020
  • sur Alexandre

Pour cette nouvelle mouture de sa compacte, le constructeur s’est retrouvé face à un dilemme: Fallait-il avancer de 2 à 3 ans la sortie de la remplaçante de l’Astra en cours de développement sur la base de la Peugeot 308? ou se contenter d’un reliftage et s’appuyer sur les motorisations 3 cylindres “maison” déjà prêts à prendre la relève? Opel a préféré la deuxième solution.



Opel Astra 2020, une mise à jour esthétique

La conception de ce modèle compact remonte à l’époque GM de la marque. Ce qui signifie qu’aucune pièce d’origine PSA (son nouveau “parrain”) n’est actuellement compatible.
Alors Opel est obligé de faire, pour la partie esthétique extérieure, du neuf avec du vieux. D’où ce relifting très discret.

 

Autant dire que le résumé en est rapide à faire: une nouvelle calandre habillée d’ailes qui prolongent les côtés du logo, un pare-chocs redessiné, des phares entourés de chrome pour améliorer l’impression de qualité et une lunette arrière surmontée de nouveaux ajouts aérodynamiques pour optimiser la consommation.
Pour la touche finale, Opel utilise, en plus, des volets motorisés dans la calandre. Ceux-ci permettent à haute vitesse de réduire le CX de 0,28 à 0,26,. Pas mal vu !

 

A l’intérieur de l’Astra 2020

À l'intérieur, on entre de plein pieds dans l’ère du numérique. Tout le système d'infodivertissement est modernisé, avec un écran tactile de 8 pouces de diagonale. L’instrumentation habituellement très classique chez Opel fait sa révolution technologique avec un indicateur de vitesse projeté sur écran. Et ce n’est rien comparé à l’ensemble hi-fi de marque Bose (en option) ainsi que les sièges ventilés et chauffants (tout comme le pare brise), auxquels on peut ajouter la fonction massage.
Le petit plus sympa: L’Astra propose aussi un compartiment pour la recharge par induction des téléphones portables.

 

Cette nouvelle Astra revisitée propose trois finitions:

  • Astra: Offerte avec l’écran tactile 7 pouces (Android Auto/Apple Carplay), le port USB, la climatisation manuelle, la banquette 2/3-1/3, le volant multifonction réglable en profondeur, les jantes 16 pouces tôle, les rétroviseurs électriques et dégivrants, le régulateur de vitesse.
  • Elegance ajoute : La sellerie tissu/cuir, la climatisation automatique bi zone, le volant cuir, les jantes 16 pouces alliage, les feux LED, le frein à main électrique, plusieurs aides à la conduite (freinage d'urgence, avertissement de franchissement de ligne), les feux et les essuie-glace automatiques.
  • Ultimate offre en plus: L’écran tactile 8 pouces avec navigation, l’instrumentation couleur 8 pouces, la sellerie Alcantara (à réglages électriques), le pack OPC (pédalier alu, ciel de toit noir, volant à méplat), les jantes 17 pouces, rétroviseurs rabattables électriquement, les feux LED adaptatifs, les feux arrière LED, l’aide au stationnement et enfin la caméra de recul.

 

Sur la route avec l’Astra 2020

La vrai nouveauté ce sont les motorisations. Afin d’en abaisser le niveau de CO2, Opel a développé trois nouveaux moteurs, tous des 3 cylindres : un 1.2 T essence (110, 130 ou 145 ch), un 1.4 T essence (145 ch) et un 1.5D Diesel (105 ou 122 ch).

 

Tous sont nouveaux et sans aucun rapport avec les 3 cylindres de PSA.
Le 1.2 T est toujours associé à une boîte manuelle à 6 rapports.
Le 1.4 T dispose d’une nouvelle boîte à variation continue (CVT).
Seule la version la plus puissante du 1.5 D bénéficie d’une boîte automatique ZF.

 

Sur la route, on perçoit la sonorité typique des trois cylindres, mais dès que la vitesse est stabilisée, la mécanique se montre très silencieuse. La puissance développée est suffisante pour suivre le trafic et le turbocompresseur n’impose pas de temps de réponse même à bas régime. On est devant une mécanique douce et suffisamment vigoureuse. A noter la boîte manuelle reste perfectible car elle souffre d’un étagement un peu long. Conséquence il faut souvent rétrograder pour maintenir la cadence.

 

Opel a, de plus, beaucoup amélioré la stabilité de sa compacte. La tenue de cap à haute vitesse est bien meilleure et le freinage est très résistant, même en cas de conduite un peu sportive en virages. La direction se montre directe et même presque un peu trop, ce qui nécessite un petit temps d’adaptation.

 

Conclusion

Maintenant reste à savoir si ce restylage très léger va permettre à l’Astra de tenir la distance (ou la durée) assignée par ses géniteurs. Sa remplaçante est encore dans les limbes et la concurrence est en plein renouvellement. Ses nouvelles motorisations semblent convaincantes, mais son design évolue trop peu et il commence à dater.

Laisser un commentaire