Bienvenue sur Auto-ies.com

ESSAI NISSAN X-TRAIL

  • novembre 11, 2019
  • sur Alexandre

Dans la fratrie des SUV du constructeur (franco-)nippon le X-TRAIL, c’est le grand frère. Avec la cadet Qashqai, le lien de parenté stylistique est évident. Mais que vaut ce sept places par rapport à son petit frère à cinq places.



Incontournable dans le monde des SUV

Le Nissan X-Trail s'offre une cure de jouvence pour sa troisième mouture afin d’affronter une concurrence de plus en plus rude. Son look est modernisé et reprend la “bouille” du Qashqai. Mais comme il est plus long, il peut se permettre d’offrir 7 places. Il propose de nouveaux moteurs, plus puissants et associe motricité 4x4 et boîte automatique (ça c’est nouveau pour lui) . C’est un minimum pour contrer la montée en puissance des concurrents tels que le Renault Koleos (qui reprend sa plateforme), le Peugeot 5008 ou le Skoda Kodiaq qui viennent le bousculer.

 

Pour les retouches stylistiques, peu de travail, elles sont légères et copiées sur celles du Qashqai (imposante calandre en V chromée,nouveau bouclier, nouvelle signature à LED. Par contre, les changements sont conséquents en matière de technologie embarquée avec l’arrivée d’un système de conduite semi-autonome.

 

La vie à bord du X-Trail

Le modèle relooké adopte un nouveau volant, des sièges au dessin inédit et un habillage en cuir spécifique sur la planche de bord. Le cockpit et le système multimédia, eux accusent leur âge face à une concurrence bien plus moderne et plus soignée.

 

En revanche, dans le X-Trail c’est la famille qui est choyée. Le nouvel arrivant est truffé de rangements, offre 5 ou 7 places (au choix) et un espace habitable très agréable pour les passagers avec un petit plus, une banquette arrière chauffante. Si de base, le volume de coffre (595 litres) s’incline face à un Skoda Kodiaq ou un Peugeot 5008 qui peuvent engloutir respectivement 720 et 702 litres, tous sièges rabattus, le japonais leur en remontre en proposant 1 996 litres dans la même configuration.

 

Ce restylage amène aussi avec lui un hayon à ouverture mains libres, un avantage pas si gadget que cela dans la vie quotidienne. La réelle nouveauté est l’arrivée d’un système de conduite semi-autonome, baptisé Pro Pilot. Il permet de contrôler la direction, l’accélération et le freinage du véhicule dans sa file sur voie rapide, en cas de circulation dense ou à vitesse de croisière. Mais ce dispositif n’est proposé qu’en option.

 

Sur la route

Côté mécanique, en plus des blocs 1.6 essence de 163 ch et du 1.6 DCI 130 ch, le retour d'un 2.0 DCI représente la principale nouveauté mécanique du Nissan X-Trail. Développant 177 ch, c'était – selon Nissan – la seule motorisation permettant d'associer la transmission 4x4 à la boîte automatique. En réalité, il ne s'agit pas d'une véritable nouveauté, puisque ce 2.0 DCI équipait déjà certaines Renault (comme la Laguna) il y a quelques années. Il a été remanié pour gagner en puissance et en couple. Très volontaire, il ne rechigne pas à la tâche, notamment en boîte automatique, et semble avoir été conçu pour le Nissan X-Trail.

 

Le japonais est peut-être moins doué que ses concurrents en dynamisme, mais il s’avère un excellent voyageur. L’amortissement est de qualité et l’insonorisation très soignée. C’est l’outil idéal pour partir en vacances en famille, à la mer comme à la montagne puisqu’il est l’un des rares à offrir de réelles capacités en tout-terrain. En effet, sa transmission intégrale dispose de 3 modes dont un automatique qui renvoie le couple entre les essieux arrière et avant selon les besoins.

 

En cas de difficultés supplémentaires, il suffit d’enclencher le mode Lock. Celui-ci répartit alors la puissance entre les deux essieux de manière égale, c’est-à-dire 50/50. Ce compagnon de la famille rassure, en prime, avec une dotation en matière d’aides à la conduite particulièrement fournie. Sur les versions haut de gamme, il embarque de série les feux de route intelligents, l'alerte de franchissement de ligne, le système de reconnaissance des panneaux de signalisation, le freinage d'urgence autonome, la navigation, le système d'aide au stationnement, le radar anti-collision. Que demander de plus?

 

Equipement

Le Nissan X-Trail est proposé en 4 niveaux de finition.

L’entrée de gamme « Visia » embarque principalement de série le contrôle actif de trajectoire, le contrôle actif d'assiette, l’ordinateur de bord avec écran couleur 5", le système de contrôle de la pression des pneus, le régulateur et limiteur de vitesse, le frein à main électrique et les jantes alliage 17".

 

Le deuxième niveau dit « Acenta » ajoute le toit panoramique en verre à ouverture électrique, la climatisation automatique bi-zone, les radars de stationnement avant et arrière, l’allumage automatique des phares, les feux diurnes à LED, et les antibrouillards.

 

Le troisième niveau prénommé « N-Connect » est vraisemblablement le plus intéressant puisqu’il ajoute le pack « safety shield » qui comprend les feux de route intelligents, l’alerte de franchissement de ligne, le système de reconnaissance des panneaux de signalisation, le freinage d'urgence autonome, la navigation Europe, les services connectés, la connectivité USB, la caméra de recul, le hayon électrique, l’ouverture et le démarrage sans clé, la caméra 360° et les jantes alliage 19".

 

Enfin le haut de gamme « Tekna » se distingue avec la sellerie cuir, la surveillance des angles morts, la détection de fatigue et des objets en mouvement, l’aide au stationnement intelligent, les feux LED, les sièges avant chauffants et les sièges avant réglables électriquement.

 

Conclusion

Leader dans son segment, le Nissan X-Trail confirme son caractère de véhicule familial avec une polyvalence accrue et des tarifs serrés. Mais attention aux nouveaux arrivants sur le créneau. En effet, quelques concurrents comme le Skoda Kodiaq plus technologique et agressif ou le Peugeot 5008 bien plus à l’aise que le japonais sur l’asphalte vont assurément lui faire de l’ombre.

Laisser un commentaire