Bienvenue sur Auto-ies.com

Essai Nissan Micra

  • février 6, 2020
  • sur Alexandre

Entièrement renouvelée et désormais fabriquée en France depuis 2017, la Nissan Micra aimerait se faire une place plus importante dans l’Europe des citadines polyvalentes. Mais qu’il est dur d’exister face à des monstres comme la Clio ou la 208.



Faire connaissance avec la Micra

Le monde automobile n’est pas encore phagocyté complètement par les SUV et, jusqu’à nouvel ordre, les citadines polyvalentes restent les modèles les plus populaires de France.

 

La Nissan Micra de cinquième génération est produite en France dans l’usine Renault de Flins. Elle sort d’ailleurs des mêmes chaînes que les Clio produites dans l’Hexagone et partage avec sa cousine française les mêmes moteurs, Alliance Renault-Nissan oblige. Il faut dire qu’avec cette cinquième génération, la Micra change carrément de segment.

 

De petite citadine, elle rejoint le peloton des « polyvalentes » grâce à ses 17 cm supplémentaires. Pour autant, les deux cousines ne sont pas jumelles. Elles ne partagent pas tout à fait la même plateforme, même si leur architecture est similaire. Et sur le plan du style, la japonaise semble tout droit sortie d’une bande dessinée Manga avec ses angles vifs et ses arêtes brutales.

 

A l’intérieur de la Micra

En s’installant dans la Micra, le propriétaire de l’ancien modèle aura du mal à retrouver ses repères. La position de conduite apparaît un peu plus sportive et le petit volant à trois branches invite à la conduite. Et les transformations ne s’arrêtent pas là. La japonaise semble avoir pris la mesure des attentes des français en matière de confort: elle offre un amortissement plutôt souple et un filtrage d’assez bonne facture même si certaines irrégularités provoquent des percussions sensibles.

 

Malheureusement, ce confort se paye en matière de maintien de caisse. La Micra prend assez facilement du roulis et n’offre pas la même sérénité que certaines de ses concurrentes. Elle réalise de gros efforts en la matière et fait totalement oublier les errements de sa devancière. Elle bénéficie d’un très volumineux vide-poches éclairé de bas de console.

 

Mais par contre, ses places arrière sont un peu sacrifiées par la faute de son design surprenant. Un adulte de plus de 1,75 m doit beaucoup se courber pour s’installer à l’arrière et l’espace aux jambes apparaît peu généreux . De plus, la banquette arrière n’est pas un modèle de confort, et les assises et les dossiers ne sont pas suffisamment profond. Côté coffre, 300 litres de volume utile mais une forme peu pratique car un peu tourmenté et offre un seuil de chargement un brin élevé. Moderne, elle propose en série une batterie d’équipements de sécurité dernier cri: assistant de maintien en ligne actif, freinage d’urgence automatique avec détection des piétons et même une caméra de lecture des panneaux de signalisation. Elle propose également un système Bose de sonorisation et la caméra de recul en série.

 

Les motorisations de la Micra

L'arrivée d'un nouveau 3 cylindres plus vigoureux, d'une boîte automatique et d'une nouvelle interface média comblent les seules vraies lacunes constatées autrefois sur la Micra.

 

Le IG-T 100, un tout nouveau trois cylindres turbo d'1 litre de cylindrée développé par l'Alliance Renault - Nissan - Mitsubishi vient remplacer l'ancien 0.9 de 90 ch. C'est une bonne chose : fort de 100 ch et 160 Nm de couple (soit 20 Nm de plus), il apporte un vrai second souffle. Bien plus énergique à bas régimes et légèrement plus sobre (à peine plus de 6 l en conduite normale, il se distingue surtout par sa discrétion et ses vibrations contenues.

 

Côté chrono, il se montre bien plus volontaire que son prédécesseur lorsqu'il s'agit de s'aventurer sur voie rapide (0 à 100 km/h en 10,9 s). Si le conducteur vise en priorité l’agrément de conduite il vaut mieux choisir l'autre trois cylindres, de 117 ch cette fois. Un tout autre moteur, développé en partenariat avec Mercedes. Pas spécialement expressif, ce bloc s'accompagne toutefois de nouveaux réglages de châssis (suspensions abaissées de 20 mm et légèrement raffermies) et d'une direction à peine plus consistante.

 

Pas désagréable, le toucher de route est plutôt affuté. Le compromis confort / dynamisme délivré par la Micra reste de bon niveau, sans atteindre des sommets. Il gratifie tout de même son conducteur d'accélérations convenables pour ce niveau de puissance (0 à 100 km/h en 9,9 s). Associé cette fois à une boîte 6 rapports au maniement plutôt précis, on en retient surtout la souplesse de marche (180 Nm dès 1.750 trs/mn, 200 Nm en pleine accélération) et la sobriété intéressante. On peut tabler facilement sur 7 l en usage courant.

 

En conclusion

Devenu polyvalente, la Nissan Micra enchante avec un super rapport prix/équipement et des moteurs agréables et modernes. Elle devrait séduire tous les conducteurs désireux de se démarquer en roulant dans une autre marque que Renault ou Peugeot.

Laisser un commentaire