Bienvenue sur Auto-ies.com

ESSAI HYUNDAI KONA Une auto pleine de...moteurs

  • septembre 10, 2020
  • sur Alexandre

La plupart des constructeurs ne proposent qu’une seule motorisation alternative.
Hyundai a choisi de se démarquer. Son choix de motorisations comprend des thermiques essence et diesels, des hybrides légers, des hybrides, des hybrides rechargeables, des électriques et des électriques à pile à combustible. Son petit SUV, le Kona ne déroge pas à cet éclectisme.



Hyundai Kona, une belle petite gueule.

Quel look en effet ! Une face avant avec un éclairage à LED sur deux niveaux. Le dessin est galbé avec des hanches généreuses, ourlées de plastiques de protection proéminents. Un montant arrière du plus bel effet qui copie un aileron de requin. Dans la rue, le chaland se retourne sur son passage à tous les coups. Le Kona n'est pas le plus compact des SUV urbains puisqu'il mesure 4,17 mètres de long et surtout 1,80 mètre de large, mais l’ensemble de sa silhouette est équilibrée.

 

La vie à bord !

Petite déception une fois à son bord, la présentation intérieure déçoit vraiment par son classicisme au regard de son style extérieur novateur. La planche de bord est tout ce qu'il y a de plus traditionnel chez Hyundai, seuls des inserts de couleurs peuvent personnaliser à la demande cet intérieur trop sérieux. Bon point, l'ergonomie est excellente et le système multimédia rapide et facile à appréhender. En plus les outils comme Apple Carplay et Android Auto sont disponibles dès le premier niveau.

 

Carton jaune pour le sujet habitabilité : elle est correcte à l'arrière, mais sans plus : le tunnel de transmission prévu pour le passage de l'arbre de transmission sur la version 4x4 encombre l’habitacle et le volume de coffre est seulement de 361 litres, alors que certains concurrents tel le Renault Captur en octroie plus de 400 avec une longueur inférieure de 5 centimètres.

 

Le Kona sur la route. Agile mais raide !

Hyundai a opté pour un réglage de suspension du Kona un peu ferme. Tant que le revêtement est un billard ce n’est que du bonheur. Le conducteur profite à plein de l'agilité de l’auto. Mais dès que les trous et autres imperfections s'enchaînent, le pilote et les passagers ressentent fortement alors le réglage très rigide de l'amortissement. Une dureté qui ne s'améliore pas avec la monte de roues 18 pouces obligatoires sur le haut de gamme. Un conseil, si vous souhaitez plus de confort, vous n’avez pas le choix, il faut reculer d'un niveau de finition.

 

Les motorisations. Un choix difficile !

C’est sur le marché le seul modèle à proposer en France quatre types de motorisation : essence, diesel, électrique, et hybride essence.
Donc, le Kona présente une offre moteur pour le moins pléthorique: avec d’abord deux blocs essence. Le premier est un 1.0 trois cylindres turbo de 120 ch, obligatoirement associé à une boîte mécanique à six rapports et une transmission 4x2. Plus performant, le second est un 1.6 turbo de 177 ch, à transmission intégrale et boîte robotisée à double embrayage et sept rapports.

 

L’offre diesel se décline avec un nouveau bloc 1.6 CRDi « Euro 6.c » premièrement en 110 ch (boîte mécanique et 4x2) ensuite avec un 136 ch (boîte robotisée et 4x4).

 

La version hybride-essence pour sa part, se révèle particulièrement adaptée à l’usage mixte mi-ville mi-route plus souvent réservé à un SUV urbain. Son argument premier face à la concurrence: aucun de ses rivaux directs ne possède encore une motorisation hybride.

 

Enfin, le constructeur coréen propose aussi une version entièrement électrique équipée d’une batterie de 39 kWh, et un autre modèle de 64 kWh. Les deux sont garanties 8 ans ou 200 000 km. Doté de la batterie de 64 kWh, le Kona peut parcourir 482 km selon le nouveau cycle WLTP (546 km en cycle NEDC, plus clément). En comparaison, la Leaf affiche une autonomie de 378 km en norme NEDC, la Ioniq 280 km.

 

Conclusion

Heureusement, le Kona, ce n'est pas seulement un look décalé. Ce SUV urbain est très bien équipé et en offre beaucoup, même pour ceux qui choisissent l'entrée de gamme. Avec ce Kona, Hyundai continue sa percée avec une idée toute simple: proposer une multiplicité de motorisations pour un même segment et pour des utilisateurs multiples, selon leur usage ou leur mode de vie.