Bienvenue sur Auto-ies.com

ESSAI FORD ECOSPORT

  • novembre 18, 2019
  • sur Alexandre

Né en 2014 et destiné à l’origine aux marchés émergents, le SUV urbain de Ford peine à trouver son public en Europe. Cette troisième mouture sera-t-elle la bonne?



Ford Ecosport, un peu d’histoire

A sa naissance le Ford Ecosport s’est appuyé sur un design différent des autres SUV de la maison Ford. Son originalité: une porte de coffre s’ouvrant latéralement ainsi qu'une roue de secours greffée sur l'ouvrant à la manière des gros 4X4 d'antan.

 

Malheureusement pour ses concepteurs, cette panoplie n'a pas conquis l'Europe. Le constructeur américain a donc été contraint de revoir une première fois son modèle fin 2015, avant de le remettre, une nouvelle fois, au goût du jour en 2018. A noter, il est désormais assemblé en Roumanie et non plus en Inde.

 

Le nouvel Ecosport: un très gros restylage!!!

Le premier gros changement concerne le style extérieur. En reprenant une calandre similaire aux autres SUV de la marque. Ensuite, la possibilité de peindre le bas de caisse ou encore le pavillon d'une teinte différente ajoutent un peu de fun au modèle et visuellement abaisse la ligne de caisse même lorsque l’on choisit les jantes en 18 pouces. L'arrière évolue moins, mais conserve son absence de roue de secours qui était fixée sur la porte du coffre au lancement du modèle. Globalement, le design de mini-baroudeur body-buildé est plus réussi qu'auparavant, même si on ne peut toujours pas le qualifier de top modèle.

 

C’est à l’intérieur que la transformation est la plus réussie. L'EcoSport souffrait de véritables lacunes, que ce soit en termes de qualité des matériaux, de dessin et d'équipements. L'EcoSport récupère le tableau de bord de l’actuelle génération de la Fiesta, et l'évolution n'est rien de moins que spectaculaire. Dessin général, volant, instrumentation avec un écran de 4,2 pouces, pouvant aller jusqu'à 8 pouces, commandes de climatisation, tout est entièrement nouveau et devient instantanément plus pratique, plus lisible et plus moderne, avec, de plus, un soin particulier apporté à l'assemblage et à la qualité des matériaux.

 

L'équipement lui aussi est mis à jour, avec la dernière génération de logiciel multimédia Sync 3 et un système audio B&O Play de 675 Watts, et le catalogue de systèmes de sécurité s'étoffe avec l'arrivée de la surveillance des angles morts, de l'alerte d'approche en marche arrière ou encore des phares au xénon. L’habitabilité et le volume du coffre restent plus que corrects. Dommage que Ford n'ait pas poussé le lifting jusqu'à revoir l'ouverture de ce coffre, peu pratique dans les parkings. Surtout que l'EcoSport conserve une excellente habitabilité arrière malgré son statut de modèle le plus compact du segment (4,10 m).

 

Le Ford Ecosport sur la route

Un autre gros défaut du précédent EcoSport, c'était son agrément routier. Dans sa nouvelle finition ST-Line, le petit crossover a reçu quelques modifications de châssis, notamment une nouvelle suspension sport. Le résultat est plutôt intéressant puisque la voiture est beaucoup mieux tenue en courbe, sans souffrir d'une fermeté trop exagérée. Autant le dire tout de suite, on est loin du dynamisme de ses concurrents européens mais les progrès sont tout de même perceptibles. En plus, il peut désormais compter sur la transmission intégrale “Intelligent-AWD”, équipement assez rare sur le segment. Obligatoirement associée au nouveau moteur Diesel 1.5 EcoBlue de 125 chevaux, cette transmission offre une bonne motricité sur tous les terrains.

 

Ce nouveau bloc Diesel, n’est disponible qu’en boîte manuelle à 6 rapports, mais profite d'un bon couple de 300 Nm et contient sa consommation à 6,5 l. Il est en revanche très silencieux à l'accélération mais plus bruyant et vibrant au ralenti. Pour les autres motorisations, bonne nouvelle (puisque c'est l'un des meilleurs 3 cylindres turbo essence du marché), le 1,0 EcoBoost est conservé avec des puissances de 100 ainsi que 125 et 140 ch.

 

Conclusion

Esthétiquement le restylage est réussi et la qualité perçue est en très net progrès. L’excellent rapport habitabilité/encombrement est conservé, de même que le volume du coffre. A l’inverse, le hayon reste encore à ouverture horizontale et le comportement routier demeure quelconque versus celui de ses concurrents directs sur le créneau.

Laisser un commentaire