Bienvenue sur Auto-ies.com

ESSAI DS 3 CROSSBACK

  • septembre 2, 2019
  • sur Alexandre

La nouvelle DS 3 change totalement de look en se muant en SUV premium. C’est l’occasion pour vous, d’un petit tour découverte.



DS 3 Crossback, un vent nouveau

Sortie il y a 9 ans et produite à 600 000 exemplaires, la citadine DS 3, chic et sportive, s’efface au profit d’un surprenant petit SUV de 4,12 m de long. Très original dans son style – d’emblée on aime ou on déteste – le nouveau bébé de la marque française décoiffe sur le segment des voitures urbaines premium.

 

Le risque du nouveau venu est le manque de simplicité dans ses lignes, mais il faut reconnaître que ce DS3 Crossback affiche une très forte personnalité. Sa puissante calandre chromée, sa ligne de caisse brisée et son allure de brute détonnent dans le paysage trop souvent bien sage des petits SUV. Il inaugure même des équipements inédits dans la catégorie, comme les poignées de porte affleurantes et les phares LED Matrix Vision.

 

Après s’être familiarisé avec la position de conduite haute, le conducteur trouve vite ses marques. Direction douce et train avant très précis participent à l’excellence d’un comportement routier quasi irréprochable, qui profite au plaisir de conduite. Au-delà du confort, le petit SUV apporte aussi un soin particulier à la qualité de construction. Ajustages et matériaux présents à bord ne souffrent pas la critique. Mention spéciale à la planche de bord recouverte de cuir, pour certaines finitions, qui confère une vraie touche haut de gamme nettement plus valorisante que le cockpit de certains de ses rivaux.

 

L’intérieur vaut l’extérieur

En s’immisçant dans le cercle fermé des petites autos premium, DS se doit aussi de faire preuve d’originalité:
À l’image de la silhouette, l’habitacle témoigne de choix stylistiques inédits, inconnus des autres constructeurs. Abondance de dessins tout en angles sur la planche de bord et reprise des fameux sièges au dessin “bracelet montre” avec mousse à double densité pour plus de confort. On remarque aussi les aérateurs intégrés aux portières, la HiFi Focal, et le large écran multimédia de 10,3 pouces.

 

Le style se fait un peu au dépend de l'ergonomie de la console centrale, mais le niveau de raffinement est tout simplement inédit dans le segment.
L’instrumentation digitale paramétrable permet ainsi au conducteur de disposer d’une foule d’informations d’une simple pichenette sur le volant, et l’écran central tactile donne accès à l’ensemble des commandes de climatisation, d’info-divertissement ou de navigation. Enfin, côté coffre, avec 350 litres sous la tablette, le DS 3 Crossback peut accepter les (petits) bagages d’une (petite) famille.

 

La surprise E-Tense

Le petit plus différenciant de la gamme DS3 Crossback vient de la version 100% électrique dénommée E-Tense qui épaulera en fin d'année les classiques moteurs thermiques présents au lancement : essence PureTech de 100, 130 et 155 ch et diesel BlueHDi de 100 et 130 ch.
Sur le papier : 320 kilomètres d'autonomie réelle (WLTP) en 100 % électrique, sans impact sur l'habitabilité et sur le comportement. Mais seulement 136 ch pour un surpoids de 350 kilos de batteries (1.525 kg).

 

En pratique, le comportement de cette version E-Tense se révèle étonnant car la prise de roulis s'avère mieux contenue que sur les versions thermiques. La raison est simple : le centre de gravité est au plus bas avec les batteries situées dans le plancher. On retrouve aussi le fonctionnement habituel d'un véhicule 100 % électrique avec un couple maxi immédiatement délivré, sans inertie. Ce qui permet d'obtenir des performances tout à fait réjouissantes (0 à 50 : 3,3 s / 0 à 100 : 8,7 s).

 

En prime, un mode de récupération d'énergie renforcé et un sélecteur de modes de conduite permettant de privilégier, au choix, les chronos ou l'autonomie. L'ensemble des transferts de flux s'observe sur le système multimédia et s'appréhende de manière très intuitive.

 

DS 3 Crossback, conclusion

Avec ce nouvel opus, la marque DS fait tout pour se distinguer de la concurrence: physique fort, équipement inédit et parfum de premium. Si DS cherche ainsi à marquer les esprits, c’est clairement dans le but de chasser sur les terres des autres premium type Mini Countryman, Audi Q2 ou Volkswagen T-Cross. La suite est entre les mains des clients potentiels… seront-ils suffisamment nombreux à céder au charme du luxe à la française?

 

Credit photo: Bristol Street Motor

Laisser un commentaire