Bienvenue sur Auto-ies.com

Essai de la Renault Megane Berline

  • décembre 16, 2019
  • sur Alexandre

Belle réussite en France, la compacte du constructeur au Losange peine sur le marché européen. La Renault Mégane quatrième du nom lancée en 2016 réussit-elle à changer la donne? Cette petite dernière peut se résumer en trois points par rapport à sa devancière: Meilleure habitabilité, meilleur contenu technologique et nouveau design plus statutaire.



Mégane 4, une compacte française très classe

Avec ses dimensions dans la moyenne haute du segment, 4,36 mètres de long pour 1,81 m de large, elle attire le regard, avec ses grands feux de jour à LED en forme de C, et ses optiques arrière qui se rejoignent presque au niveau du logo de la marque. L'effet visuel est encore plus marquant de nuit. Cette Mégane possède une signature très marquée, presque "too much" selon certains. Une chose est sûre : elle en jette dans l'obscurité.L'esthétique est bien plus intéressante que celle de la précédente génération, qui semble bien fade désormais à côté de celle-ci. Les phares, les feux de jour, la grosse calandre entourant un non moins gros losange, les bas de porte sculptés, la ligne de caisse qui remonte au niveau de la porte arrière, autant de détails qui donnent au final plus d'originalité à la ligne. Sur les versions haut de gamme, des inserts de chrome et de jolies jantes augmentent l'aspect statutaire de cette compacte pourtant grand public.

 

Mégane 4 sur la route

Gros point fort de la Mégane 4, son insonorisation. En effet, que ce soit à froid, en charge ou à vitesse stabilisée, lentement ou rapidement, les bruits de moteur, d'air et de roulement sont très bien maîtrisés. C'est appréciable sur longs trajets autoroutiers, ces parcours qui mettent aussi en lumière le confort. Moins ferme que la précédente génération, la Mégane 4 soigne ses occupants. Les suspensions sont souples, mais pas molles, elles absorbent bien toutes les inégalités de la route. Au détriment du soupçon de dynamisme de l'ancienne, qui était presque trop ferme. Ici, le compromis est orienté confort, mais sans tomber dans la douceur extrême d’une Citroën.

 

Le freinage est efficace, mais il ne faut pas hésiter à appuyer fort pour trouver du mordant. A l'exception d'une direction qui manque toujours de ressenti à haute vitesse, la Renault Mégane 4 séduit par sa belle qualité d'amortissement, même avec des roues taille basse. Enfin,en matière de liaison au sol, cette Mégane 4 souffre beaucoup moins la critique avec un excellent compromis entre confort et maintien ce qui, associé à la discrétion de la mécanique, en fait une candidate de choix pour avaler du kilomètre sans fatigue.

 

Mégane 4 à l’intérieur

L'expérience à l’intérieur est également intéressante. A condition d'opter pour une version en finition haute (à partir du niveau Intens), la Renault Mégane se distingue de la concurrence par son impressionnant écran tactile de 8,7 pouces. Une première sur le segment. Un peu compliqué à prendre en main, le système propose heureusement des raccourcis, pour éviter de perdre trop de temps dans les menus. Autre motif de satisfaction, le niveau de finition, plutôt sérieux, même si des disparités persistent entre les parties visibles et non visibles. L'augmentation de l'empattement laisse augurer d'un espace supérieur à bord. En pratique, les progrès sont peu significatifs.

 

L’habitabilité arrière, suffisante pour les passagers en dépit d'un espace aux jambes limité, est loin d’être une référence dans la catégorie. Mais l'essentiel est d'être bien assis. Et c'est le cas à bord de cette quatrième génération, dont les sièges offrent un bon maintien et peuvent même être massants (selon les finitions). Un vrai plus sur les longs trajets. En revanche, la contrepartie d'un style fuselé se retrouve dans une accessibilité moyenne. De même, avec un volume de coffre de 335 litres, la Mégane n’est clairement pas la meilleure dans ce domaine. D'autant qu’Il faut en plus s’habituer à la grosse marche entre le seuil de coffre et le fond, peu pratique pour faire entrer ou sortir les bagages ou les objets lourds.

 

Motorisations disponibles sur la Mégane 4

Essence: TCe 115-140-160- et TCe 280
Diesel: Blue dCi 95-115
Boîte auto EDC disponible sur toutes les motorisations sauf pour les premiers niveaux, 115 en essence et 95 en diesel.

 

La Mégane 4 gagne un regain d’intérêt à la conduite en motorisation essence. Elle tire en fait les bénéfices de son nouveau 1.3 TCe développé en commun avec Mercedes. Ce moteur qui équipe aussi la Classe A, fait le plein de nouvelles technologies : distribution variable avec butées hydrauliques , injecteurs 6 trous, rampe commune à 250 bars et turbo avec soupape de décharge à commande électrique. De quoi redécouvrir les plaisirs du moteur à essence.

 

Conclusion

Même si sur ce segment des compactes la concurrence est rude, la Mégane 4 a de sérieux arguments à faire valoir: une ligne qui la démarque et plus de technologies. Alors, bonne route à son bord.

Laisser un commentaire