Bienvenue sur Auto-ies.com

Essai C4 Cactus

  • octobre 7, 2019
  • sur Alexandre

La première génération de la C4 Cactus n’a pas vraiment trouvé son public. La faute à une image brouillée qui a dérouté les acheteurs potentiels. En effet, cette première génération n’était ni low cost, ni premium. Pas vraiment un SUV mais pas une berline non plus. A vouloir trop en faire Citroën a probablement torpillé sa petite nouvelle de l’époque.



Mais voici la C4 Cactus deuxième du nom

Elle arrive à point nommé pour sauver la C4 en fin de carrière. Faute de finances la marque aux chevrons fait d’une pierre deux coups en attendant la vraie descendante de sa “vraie” C4. Elle relance la Cactus et prolonge la vie de la “défunte” C4.

 

Côté ligne les évolutions portent sur les Airbump qui glissent en bas des portières, la suppression du bandeau noir sur le hayon, idem pour les gros tampons sur les boucliers, mais aussi les barres de toit, afin visuellement de se rapprocher plus d’une ligne de berline. L’évolution la plus novatrice concerne le confort, annoncé comme exceptionnel grâce à deux équipements inédits. D’abord, de nouveaux amortisseurs à butées hydrauliques (en détente comme en compression), censées retenir progressivement les oscillations. Ensuite, des sièges baptisés « Advanced Comfort », qui reçoivent une couche supplémentaire de mousse haute densité pour éviter l’avachissement des assises. Malheureusement, ces fameux sièges sont en option sur les trois finitions disponibles, et les nouveaux amortisseurs à butées hydrauliques n’équipent pas la C4 Cactus d’entrée de catalogue.

 

Du côté des finitions et des motorisations

Le niveau Live bénéficie de la climatisation, du kit Bluetooth, de la banquette 60/40 et des rétros dégivrants.
Le niveau Feel reçoit les jantes alliage, le radar de recul et les feux, essuie-glaces et climatisation automatiques.
Le niveau Shine adopte la caméra de recul, le radar de stationnement avant, la clef mains-libres, le Mirror Screen et le Pack Safety.

 

La palette de moteurs monte elle-aussi d’un cran, avec l’arrêt du PureTech 82 , l’arrivée d’un BlueHDi 120 (Euro 6c) à boîte automatique, et la disponibilité du PureTech 130 (la gamme culminait auparavant à 100 ch en diesel et 110 ch en essence)

 

Montons à bord de cette nouvelle Cactus

Le premier ressenti en s’installant à bord, c'est l'extraordinaire impression d'espace - alors que la voiture est la plus courte des compactes. Une planche de bord droite et fine, qui dégage beaucoup, l’espace. Le tableau de bord rectangulaire est petit. C'est celui de la première C4 Cactus. Mais on y trouve tout ce dont on a besoin. Même chose pour l'écran. C'est simple, épuré, fonctionnel, dehors comme dedans. La position de conduite, semi-haute, est agréable.

 

Mais on peut regretter l'absence d'un accoudoir central et le volant est réglable en hauteur mais pas en profondeur. Une ambiance “cocoon”, reposante, qui incite au voyage. Les sièges " confort " sont moelleux et douillets. Le tissu est également soyeux au toucher. Autres motifs de satisfaction, la ligne de caisse assez basse, le grand pare-brise et le toit vitré (optionnel) donnent beaucoup de lumière, renforçant l'impression de bien-être que l'on ressent à bord. En revanche, Il est regrettable que Citroën ait fait l’économie du rideau pour occulter le toit vitré. Quand le soleil arrive, l’effet de serre est désagréable. Enfin, la vision de trois-quarts arrière est très insuffisante, comme sur beaucoup de véhicules actuels.

 

Mais on peut regretter l'absence d'un accoudoir central et le volant est réglable en hauteur mais pas en profondeur. Une ambiance “cocoon”, reposante, qui incite au voyage. Les sièges " confort " sont moelleux et douillets. Le tissu est également soyeux au toucher. Autres motifs de satisfaction, la ligne de caisse assez basse, le grand pare-brise et le toit vitré (optionnel) donnent beaucoup de lumière, renforçant l'impression de bien-être que l'on ressent à bord. En revanche, Il est regrettable que Citroën ait fait l’économie du rideau pour occulter le toit vitré. Quand le soleil arrive, l’effet de serre est désagréable. Enfin, la vision de trois-quarts arrière est très insuffisante, comme sur beaucoup de véhicules actuels.

 

Et la finition ?

L'ensemble est correct, bien assemblé. Mais la plupart des plastiques font bas de gamme! Et la voiture, assez légère (un peu plus d'une tonne seulement), donne justement une impression de légèreté pas forcément flatteuse, ni rassurante pour le vieillissement de l'ensemble. Enfin, les vitres arrière ne s'ouvrent pas, mais s'entre-bâillent. Et le coffre manque de modularité.

 

Conclusion

Voiture de transition (la nouvelle C4 arrivera en 2021), la nouvelle C4 Cactus se révèle tout à fait réussie. Accueillante, globalement confortable, douce, et suscitant la sympathie. Finalement, une agréable compagne de tous les jours, discrète et décalée.

Laisser un commentaire