Bienvenue sur Auto-ies.com

ESSAI AUDI Q5

  • mars 30, 2020
  • sur Alexandre

C’est LE SUV Premium par excellence et le modèle chouchou de la marque AUDI sur ce segment recherché. Restylé très (trop) légèrement côté esthétique en 2017, il a surtout évolué à ce moment là sur le plan technologique pour cette deuxième génération.



Le Q5, vu de l’extérieur

Le nouveau look reste très statutaire mais tout en restant très ressemblant à son prédécesseur, il devient plus dynamique.Ce nouveau modèle ne partage plus aucun élément de carrosserie avec celui qu’il remplace. Pourtant seule la face avant a évolué de façon significative avec un nouveau dessin plus imposant de la fameuse calandre de forme trapézoïdale qui caractérise désormais les SUV du constructeur d'Ingolstadt. Sur la face avant les phares au xenon ou 100 % LED (selon la finition) concourent à la personnalité affirmée des lignes extérieures de cette seconde génération d’Audi Q5.

 

Un feux d’artifice technologique

L’intérieur se présente sous un aspect particulièrement luxueux et bénéficie d’un équipement riche. On trouve, par exemple l'affichage tête haute, l'assistance de conduite en cas d’embouteillage, le détecteur de piétons ou bien l'assistant d'évitement de collision, le régulateur adaptatif intelligent (qui inclut un système de conduite semi-autonome).

 

Le Virtual cockpit remplace l’instrumentation classique par des écrans numériques.
Il propose deux types d’affichage. D’un côté, en première proposition, le compte-tours et le compteur de vitesse. Dans la seconde proposition, l’écran présente une vision progressive avec ces deux instruments relégués au second plan alors que la carte de navigation, les pistes audio ou encore le répertoire téléphonique se retrouvent au premier plan. Le réglage entre ces deux modes se fait depuis le volant. De plus, ce SUV dispose d’un écran central de 8,3’’, mais non tactile, qui gère la navigation, la radio ou le téléphone soit par un geste du doigt soit par commande vocale. Petit bémol, pour goûter au plaisir de tous ces équipements, il faut piocher dans les options et desserrer (beaucoup) les cordons de sa bourse ou choisir les finitions les plus hautes (grosse dépense assurée aussi).

 

L’espace est généreux aux places arrière et la banquette peut coulisser (en option) afin d’améliorer le volume du coffre qui dispose de l’ouverture électrique. Si l’on rabat l’assise 40/20/40, la capacité de chargement peut atteindre 1 550 dm³.

 

Le Q5 sur la route

Ce nouveau Q5 est plus léger, ce qui améliore son comportement routier et il peut désormais bénéficier (en option) d’une suspension pneumatique. Il se révèle confortable et doux sur le mode Normal. En mode Dynamic, il s’abaisse de 15mm pour être plus…dynamique.

 

L'intérêt de la suspension pneumatique, c'est de pouvoir bénéficier d'un mode Offroad qui hausse de 4,5 cm la garde au sol et permet au Q5 de bonnes capacités en tout chemin. Il peut compter aussi sur la toute nouvelle transmission intégrale Quattro Ultra, qui permet de transférer jusqu'à 100% du couple à l'avant ou à l'arrière suivant les conditions d'adhérence. Autre intérêt de cette transmission, la désactivation du pont arrière lorsque les 4 roues motrices ne sont pas nécessaires. De quoi économiser pas mal de carburant puisqu’en condition normale seules les deux roues avant s’activent avec un train avant incisif et une direction très précise.

 

Quels moteurs pour le Q5

Il est disponible en 3 motorisations: diesel, essence ou hybride essence/électrique.
Les cinq moteurs thermiques proposés sur cette nouvelle génération vont de 150 à 286 chevaux avec une nouvelle boîte six manuelle six rapports, S tronic à sept rapports, ou tiptronic à huit rapports.

 

Pour l’hybride, c’est le quatre-cylindres 2.0 TFSI de 211 chevaux qui s’y colle, accouplé à un moteur électrique synchrone de 54 chevaux (40 kW). Le tout associé à la boîte automatique ZF à huit rapports. Sans oublier la transmission intégrale Quattro et les batteries lithium-ion d'1,3 kWh situées sous le plancher du coffre à la place de la roue de secours.

 

Conclusion

La présentation est soignée. Le comportement routier est dynamique et le confort souverain. En revanche l’évolution du design extérieur est décevant et les tarifs déjà élevés au départ deviennent délirants dès que que l’on pioche dans la longue liste des options.

Laisser un commentaire