Bienvenue sur Auto-ies.com

Renault CLIO e-Tech : 140 chevaux sous le capot

  • mai 12, 2021
  • sur Mayra

Une première édition en série limitée

Si Renault peut être considéré comme spécialiste des voitures électriques (près de 200 000 Zoé ont été vendues depuis 2012), il aura fallu attendre 2020 pour voir débouler ses modèles hybrides et hybrides rechargeables. La nouvelle Clio 1.6 E-Tech arrive donc 20 ans après la pionnière du concept la Toyota Prius. Une longue réflexion, mais son  système hybride est original et différent de celui de ces rivales.



Découvrons la Clio e-Tech. Une Clio en mieux ?

La Clio hérite du même 4 cylindres 1,6 l atmosphérique de 91 ch que le Captur, mais il est associé à deux moteurs électriques de 48 ch et 20 ch. Ce dernier fait office d'alterno-démarreur, il doit assurer les démarrages en tout-électrique et recharger la batterie de 1,2 kWh en décélération. Son rôle est aussi de synchroniser les changements de rapports de la boîte automatique à crabots, dépourvue d'embrayage (6 rapports : 4 pour le thermique, 2 pour le moteur électrique de traction). Cette solution inédite, assez complexe, est l'atout principal de l'hybridation Renault. Une innovation technique qui permet de réduire les déperditions d'énergie, et l'encombrement.

Basée sur la cinquième génération de Clio, la Renault Clio E-Tech conserve les mêmes lignes que ses sœurs essence et diesel avec toujours 4,05 m de longueur. Elle se distingue par quelques attributs spécifiques et sa motorisation essence-électrique. L’originalité de cette Clio hybride, c’est sa boîte de vitesses à crabots sans embrayage. Explication pratique, c’est le moteur électrique qui aide la boite à garder le régime pour changer de vitesse.

 

La petite batterie lithium-ion (seulement 1,2 kWh de capacité) est installée à l’arrière, sous le plancher du coffre. L’espace de chargement se restreint avec une capacité de 254 litres, soit presque 50 litres de moins que les versions thermiques classiques.

 

Intéressé(e) par une voiture hybride ? Retrouvez tous les véhicules hybrides

 

La vie à bord de la Renault Clio e-Tech. Cool !

L’habitabilité de cette Clio hybride est identique aux autres versions (hormis la capacité du coffre!). Les rangements sont généreux avec un grand volume sous l’accoudoir, de grands espaces dans les contre-portes et une boîte à gants très profonde. Sur la finition haut de gamme Intens on retrouve une instrumentation numérique, un écran tactile 9,3 pouces installé en position verticale et un système audio de qualité provenant de chez Bose. Il y a évidemment les touches et menus plus spécifiques à cette version hybride qui propose plusieurs modes de conduite, dont un EV Mode privilégiant la conduite électrique. Au niveau du sélecteur de vitesses, on retrouve également B (Brake).

 

Présent sur de nombreuses voitures hybrides, ce mode renforce l’effet du frein moteur et les capacités de régénération de la batterie.

A l'intérieur de la clio e-Tech on retrouve un écran tactile et un système audio de qualité

 

Au volant de la Clio e-Tech. Surprenant !

Privée d’embrayage, la Renault Clio e-Tech hybride doit systématiquement démarrer sur son moteur électrique. La pression sur le bouton Start réveille pourtant aussi le moteur thermique… qui tourne à régime constant assez élevé pour être perçu par les occupants  (et c’est dommage) pour charger la batterie au niveau nécessaire. Passé ce petit désagrément (qui disparaît après quelques centaines de mètres...mais réapparaît à intervalles réguliers), le conducteur et les passagers peuvent profiter du silence.

 

À chaque démarrage, la Clio démarre promptement, en full-électrique jusqu’à 45 km/h environ. Une réelle différence par rapport aux autres modèles hybrides du marché, qui exigent beaucoup de douceur sous le pied pour ne pas réveiller le moteur thermique à partir de 15 ou 20 km/h. Revers de la médaille, la Clio e-Tech ne permet pas la même douceur de conduite entre 40 et 70 km/h.

Quand le 1.6 atmosphérique s’ébroue, les occupants perçoivent un petit à-coup et une légère accélération. Le plus désagréable arrive au moment d'une décélération avec un soubresaut  qui apparaît si le conducteur relâche l’accélérateur ainsi que lors d’une phase de freinage entre 70 et 60 km/h.

Si le choix d’une boîte à crabots ne garantit pas la même douceur de conduite qu’un variateur, à l’inverse il soigne la consommation, et là il faut reconnaître que c’est bluffant.
En agglomération, même avec une conduite sportive, la Clio se contente de 4,5 l aux 100 km. Une sobriété qui se retrouve sur route secondaire, mais aussi, sur autoroute : 5,9 l relevés lors des essais des revues spécialisées. Une valeur tout à fait comparable à un diesel mais inférieure de plus d’un litre par rapport à une Clio TCe 130 EDC.

 

Normal car la Clio se sert du surplus de puissance du moteur thermique pour régénérer sa petite batterie. Tous les 4 à 5 km sur le plat, elle passe alors en mode 100 % électrique. Une activité transparente pour le conducteur mais efficace en matière de sobriété, bien servie par l’intervention du bloc électrique qui soulage le moteur thermique dans les longues montées.

Alors, parfaite cette Clio hybride ? Peut mieux faire !

Comme sur la plupart des hybrides, la Clio e-Tech choisit toute seule le passage du mode électrique au mode thermique. Mais bon à savoir, si la capacité batterie est suffisante et si la conduite le permet, le conducteur peut toutefois forcer le passage à l’électrique via le mode « EV ».

 

Dans ce cas, la Clio e-Tech peut se mouvoir sur son seul mode électrique jusqu’à 100 km/h. L’autonomie, dans ce cas de figure, reste toutefois très limitée en raison de la petite batterie dont la capacité représente à peu près celle de deux bicyclettes à assistance électrique. En plus la puissance se fait attendre si l’on écrase l’accélérateur au-delà de 80 km/h, car la boîte réclame une bonne seconde de réflexion avant de descendre d’un rapport. Cette inertie, cumulée au nombre limité de vitesses (seulement quatre) et à la puissance modeste du seul moteur thermique, donne souvent l’impression que la Clio peine quand  elle est poussée dans ses retranchements.

 

A l’usage, la boite de vitesse n’offre pas une grande facilité. Parfois le conducteur peut confondre le point mort et la marche arrière. Par contre, la direction est douce, bien assistée et la voiture très agréable en usage urbain.

Quelle conclusion pour cette nouvelle Renault Clio e-Tech?

Si cette Clio e-Tech ne garantit pas tout à fait l’habituelle douceur de conduite des modèles hybrides, elle les surclasse sur d’autres postes: elle offre une propulsion électrique très présente en ville, sans aucun emballement du moteur en cas de forte accélération, et octroie une consommation très basse sur tous les types de trajets (autoroutiers compris !) grâce à une boîte de vitesses atypique et une gestion très réussie des énergies.