Bienvenue sur Auto-ies.com

NOUVEAU FORD KUGA 2020

  • août 12, 2019
  • sur Alexandre

Le Kuga (Escape en Amérique du nord) est une réussite aussi en Europe pour le constructeur américain. L’an prochain, la troisième génération de ce SUV compact arrive chez nous. C’est le moment de le découvrir en avant-première.



Ford Kuga 3, des changements plein les poches

Révélé le 2 avril dernier à Amsterdam, aux Pays-Bas, il innove, notamment, par ses offres de motorisations électrifiées qui viennent s'ajouter aux traditionnelles versions thermiques (EcoBlue pour le diesel et EcoBoost pour l'essence). A savoir, un hybride léger, un hybride simple et enfin un hybride rechargeable.
Mais l’engin présente également de nouvelles mensurations (+9 cm en longueur à 4,62 m, +4 cm en largeur et -2 cm en hauteur), un dessin extérieur calqué sur la compacte de la marque, la Focus, ainsi qu'un intérieur modernisé (combiné d'instrumentation numérique personnalisable de 12,3 pouces, écran central tactile de 8 pouces…).
Autres nouveautés, il est désormais équipé d'un sélecteur de modes de conduite, d'un système de conduite autonome de niveau 2 et d'une banquette coulissante, ce qui permet de libérer de l'espace aux jambes pour les passagers arrière ou d'augmenter le volume du coffre.

 

Un peu d’embonpoint

Sur le segment très disputé des SUV compacts, l’actuel Kuga peine à exister face à ses concurrents que sont les 3008, Qashqai, Tiguan et même le Kadjar. Et malheureusement, son rapport habitabilité/encombrement ne joue pas en sa faveur. C’est justement au chapitre du gabarit que l’offensive démarre pour le nouveau modèle, qui s’allonge de 9 cm, pour atteindre 4,61 m, loin des 4,45 m affichés en moyenne par la concurrence. A titre de comparaison, il est plus long qu’un DS 7 et atteint la longueur affichée par le Toyota RAV4.
Malheureusement cet allongement ne profite pas vraiment à l’habitabilité. Le volume de coffre stagne à 456 l, donc idem que le modèle qu’il remplace et demeure décevant comparé la concurrence. Un Peugeot 3008, pourtant beaucoup plus court, affiche 520 l. Pire, la capacité de chargement tombe à seulement 411 l (moins 45 l), avec la motorisation hybride rechargeable. Reconnaissons pourtant que la modularité s’améliore via l’introduction d’une banquette arrière coulissante en deux parties, sur plus de 12 cm. Une astuce qui permet d’augmenter la capacité de chargement de 67 l. Si l’espace aux épaules est également plus généreux (+ 57 mm à l’avant et 20 mm à l’arrière), celui dévolu aux jambes n’atteint pas des sommets, probablement en raison du faible accroissement de l’empattement (+ 2 cm), par rapport au modèle remplacé.

 

L’abondance des motorisations va séduire

Essence, diesel, 48 V, hybride, PHEV… que demander de plus? Le choix offert de ses groupes motopropulseurs séduit d’emblée. Le nouveau Ford Kuga est le seul de sa catégorie, voire de la production automobile mondiale, à proposer 5 typologies de moteurs : essence, diesel, hybridation légère 48 V, hybridation simple et hybridation rechargeable. Du jamais-vu pour un seul et même modèle. L’offre 100% thermique du nouveau Ford Kuga s’articule autour du bloc essence 3-cylindres 1.5 EcoBoost, décliné en 120 et 150 ch, en boîte mécanique. En diesel, le 4-cylindres 1.5 EcoBlue offre 120 ch, et offre une boîte automatique, dotée d’une nouvelle transmission à 8 rapports. Cette dernière épaule également le 2.0 EcoBlue de 180 ch, incompatible avec une boîte manuelle, mais couplé à quatre roues motrices. Ce même moteur diesel sert de base à la proposition mild-hybrid 48 V, mais avec seulement 150 ch, en traction et boîte mécanique. Plus haut dans la gamme, dans un premier temps, l’offre hybride rechargeable s’appuie sur l’essence, via un 4-cylindres 2.5 litres aidé par un moteur électrique, dont la puissance cumulée s’établit à 225 ch. Rechargeable en 4 heures sur une prise 230 V, la batterie, d’une capacité de 14,4 kWh, permettrait selon ses concepteurs de parcourir environ 50 km en mode tout électrique. Plus tard, une version hybride “classique”, c’est-à-dire non rechargeable, fera son entrée dans la gamme avec les mêmes caractéristiques techniques, mais dotée d’une batterie de plus faible capacité.

 

En savoir (un peu) plus

Ce large choix de motorisations est permis par l’adoption de la récente plate-forme technique C2, inaugurée l’an dernier par la nouvelle Focus. La ressemblance avec la compacte américaine est d’ailleurs flagrante. Le nouveau Kuga abandonne son profil de break pour une ligne plus dynamique, inspirée de l’univers des SUV coupés. À l’intérieur, le lien de parenté avec sa soeur berline (et break) saute aux yeux, avec une planche de bord reprise telle quelle, mais agrémentée d’une touche de technologie symbolisée par un écran digital de 12”3 logé derrière le volant. La dalle centrale tactile s’étend, pour sa part, sur une diagonale de 8”, et donne accès à la dernière génération d’info-divertissement SYNC 3. Ce système permet, notamment, une connexion au WiFi ou à l’info-trafic en temps réel.

 

Conclusion…provisoire

Ce nouveau Ford Kuga semble bien armé pour lutter plus efficacement face aux champions de la catégorie. Réponse début 2020 lors de sa commercialisation très attendue.

 

Credit Photo: AutoTrader

Laisser un commentaire