Bienvenue sur Auto-ies.com

Fiat 500e, la Fiat qu'on attendait ?

  • juin 23, 2021
  • sur Mayra

Il aura fallu patienter jusqu’en 2020 pour que la Fiat 500 électrique (500e) arrive enfin chez nous. Rien à voir avec sa cousine nord américaine commercialisée outre-Atlantique depuis 2013. Il s’agit ici d’une toute nouvelle génération, exclusivement électrique, qui cohabite, encore pour quelques temps, avec la Fiat 500 thermique actuelle, revisitée une nouvelle fois en 2015. La nouvelle génération qui arrive a du pain sur la planche face à des constructeurs qui se lancent tous sur le même créneau. 

 



Branchée ? Vous avez dit branchée ?

Côté motorisation, cette 500 est une 100 % électrique. Originalité, elle dispose de deux électromoteurs alimentés par deux batteries possibles. Le premier annonce 70 kW (environ 95 ch), il permet de passer de 0 à 100 km/h en 9,5 secondes, mais se voit limité à 135 km/h. Il est alimenté par une batterie délivrant une capacité de 23,8 kWh. De quoi permettre de rouler pendant 185 km (cycle WLTP), selon son constructeur. Et même, jusqu’à 240 km, lors d’une utilisation exclusivement urbaine. Cette batterie accepte une recharge rapide jusqu’à 50 kW, afin de récupérer 50 km en 10 minutes.

 

Avec le second moteur, la Fiat 500e affiche une puissance de 87 kW (environ 118 ch), pour un couple de 220 Nm. De quoi passer de 0 à 100 km/h en 9 s. Il est alimenté par une batterie de 42 kWh qui annonce une autonomie de 320 km en cycle WLTP, et jusqu’à 460 km en ville. Elle accepte une charge rapide pouvant grimper jusqu’à 85 kW, ce qui lui permet de récupérer 80 % d’autonomie en 30 minutes. A noter que la première motorisation avec la petite batterie, n’est pas disponible sur les versions 3+1 et Cabrio (qui est plutôt une version découvrable), à cause de leurs poids respectifs supérieur de 30 kg et 40 kg à la version trois portes.

 

Nouvelle époque, nouveau design !

Première impression face à cette nouvelle Fiat 500 : elle a de moins en moins le style iconique 500 qui était son marqueur de référence. Mais elle conserve son style néo-rétro qui lui va comme un gant. D’ailleurs cette nouvelle génération grandit de 6 cm en longueur et 6 cm en largeur, ce qui, sur une voiture de sa taille se remarque d’emblée. 

Pour autant, elle reste une Fiat 500, avec sa mignonne bouille rondouillarde, délicieusement rétro, indémodable. Il faut bien reconnaître que le dessin est réinventé avec brio, que ce soit ces feux affinés et désormais en deux parties, à LED, les rappels de clignotants sur les ailes avant qui se détachent de la carrosserie ou encore les teintes mates proposées pour la carrosserie. Quelques chromes et de grandes jantes de 17 pouces (en option) viennent rajouter de la classe et une certaine dose de luxe à cette citadine, plus craquante que jamais.

 

A l’intérieur, que de changements!

Sur cet item, aussi c’est la révolution...numérique. Ce que l’on remarque immédiatement, ce sont ces écrans, l’un pour l’instrumentation, l’autre pour l’info-divertissement, qui concentrent l’essentiel des informations de la voiture. Exit le compteur rond. Seule la casquette de compteur évoque cet élément distinctif des 500. Néanmoins, quelques boutons subsistent: une rangée, pour accéder aux fonctions de climatisation, une autre en dessous pour faire avancer la voiture.

 

On a l’impression d’être dans une voiture plus grande, sans doute grâce à cet assemblage tout en rondeur qui entoure la planche de bord sur la largeur complète de l'habitacle.

© FIAT

L’autre bonne nouvelle, c’est que l’impression perçue en ce qui concerne la qualité de fabrication et les matériaux fait un formidable bond en avant. On frise le premium. De plus, on découvre pas mal de rangements un peu partout: sous l’accoudoir central, au centre, sous l’élément central avec un porte-gobelet qui se déploie, etc… Sans oublier que le plancher entre les deux sièges avant est presque plat, on peut y poser un sac à main par exemple. Et la cavité au centre de la planche de bord est parfaite pour déposer son portable, et même le recharger (par induction). Tout est très pratique et bien pensé.

 

On pourra juste faire une petite remarque désobligeante sur l’emplacement du bouton pour le volume, il se trouve à droite derrière le volant. 

En revanche, côté habitabilité, elle reste avant tout une Fiat 500. On est bien un peu plus large aux coudes quand on est installé à l’arrière, mais l’espace aux jambes reste petit,petit. Et l’accès est difficile. Mais sur ce point, la 500 a un atout, la version 3+1, avec une porte antagoniste à l’arrière.

 

Malgré les centimètres extérieurs ajoutés, le coffre ne propose que 185 litres, comme sur l’actuelle Fiat 500 thermique. Son plancher n’est pas tout à fait plat, mais un double plancher dans le coffre permet de ranger le câble de recharge de cette icône  devenue électrique. 

 

Au volant, une auto vive et confortable.

Dès les premiers mètres parcourus, on se demande pourquoi la Fiat 500 n’est pas passée à l'électrique avant. Que de différences avec la Fiat 500 thermique ! Évidemment, il n'y a plus le bruit du moteur, mais surtout, la voiture semble relativement bien insonorisée, même si quelques sifflements aérodynamiques arrivent de l'arrière. 

 

Le confort se révèle tout de suite infiniment agréable, la voiture est vive, la direction précise . Tout ce qu’il faut pour se faufiler en ville encore plus facilement qu’avec sa sœur thermique. 

 

Les différents modes de conduite sélectionnables sont faciles à manipuler, juste à côté du frein de parking électrique. A savoir, le mode "Range", qui se veut le mode économique améliore l'autonomie de la voiture en augmentant le freinage régénératif.

 

Dans les faits, il ajoute du freinage ce qui permet à la voiture de ralentir rapidement juste en levant le pieds de la pédale de l’accélérateur. Pas besoin d’utiliser la pédale de frein. Une fonction qui se révèle surtout très pratique en ville et avec laquelle on se surprend très vite à jouer, d’abord pour s'arrêter pile au bon endroit, mais aussi pour ne pas trop surprendre les voitures de derrière. La voiture va ainsi jusqu'à l'arrêt complet. 

 

Attention en revanche, quand on  revient au mode dit "Normal", l'absence de sensation de freinage régénératif peut surprendre lors du premier freinage !

 

Quels sont les choix proposés?

Le catalogue compte quatre finitions : Action, Passion, Icône et Icône Plus, mais l’entrée de gamme ne peut disposer que de la petite batterie, quand les trois autres disposent d’office de la batterie de grande capacité. 

 

En plus de ces finitions, il est possible d’opter pour des packs orientés technologie,  confort ou encore style afin de bénéficier de la caméra de recul, de la conduite autonome de niveau 2, du détecteur d’angle mort ou encore des rétroviseurs extérieurs dégivrants

 

D’autre part, comme sur la 3 portes et la Cabrio, une série limitée baptisée « La Prima » a été proposée pour le lancement de la version 3+1. Elle était disponible en trois teintes (Rose Gold, Glacier Blue et Onyx Black) et disposait, en plus de la finition Icône Plus, du régulateur adaptatif avec maintien actif dans la voie. Un futur modèle collector?

Automobile “Coup de cœur” , cette nouvelle Fiat 500e semble avoir été pensée dès sa conception pour être électrique. Plus grande que l’ancienne génération, elle fait aussi un sacré bon en avant au niveau qualitatif dans son habitacle.  Les sensations de conduite ne sont pas en reste avec une voiture à la fois pêchue, plaisante à conduire. Elle est, sans aucun doute, la plus aboutie des Fiat 500 jusqu'à maintenant.