Bienvenue sur Auto-ies.com

Citroën C1, Notre Essai

  • janvier 6, 2020
  • sur Alexandre

La mini citadine de Citroën est apparue en 2005. Restylée en 2014, elle s‘est offert un nouveau lifting en 2018. Faisons un peu plus connaissance avec la puce du constructeur aux chevrons.



Les mensurations de la C1

Disposer de 5 portes et 4 vraies places dans 3,47 m de long, c'est plutôt rare. Elle est large de 1,62 m et haute de 1,45 m. Elle a été pensée pour des déplacements essentiellement urbains mais offre tout de même un coffre de 196 litres et même 780 litres avec les sièges arrières rabattus. Sièges arrières qui peuvent se fractionner 50/50. Enfin sur la balance, son poids plume n’excède pas les 840 kg.

 

Le comportement de la C1

Il est sain en toute circonstance. De plus, la voiture est agile, tient fort bien la route et reste toujours confortable. La direction assistée électrique allie agrément et précision. Elle est à la fois douce et agréable, en ville comme sur route, participant ainsi pleinement au plaisir de conduite. Les sièges sont confortables et la position de conduite est rapide à trouver grâce au réglage en hauteur de la colonne de direction à partir du deuxième niveau de finition.

 

Les niveaux de finitions proposés pour la C1

En finition " Live ", la C1 est équipée, au niveau sécurité, du système de stabilité électronique ESC (avec les fonctions suivantes : ABS : Antiblocage de roue ; REF : Répartiteur électronique de freinage ; AFU : Assistance au freinage d'urgence ; TRC : Antipatinage de roue ; VSC : Contrôle dynamique de stabilité), d'airbags frontaux, latéraux et rideaux et de la détection de sous-gonflage. Elle est dotée d'une direction assistée, d'un volant réglable en hauteur, d'un dossier de banquette arrière rabattable, de vitres arrière entrebaillantes et d'un ordinateur de bord.
Dès ce premier niveau, elle reçoit le système d’aide au démarrage en côte, ainsi que des feux diurnes à LED et des jantes en acier de 14 pouces avec enjoliveurs.

 

La finition " Feel " est équipée en plus de l’air conditionné manuel, de deux appuie-tête arrière, d'un dossier de banquette arrière rabattable 50/50, de lève-vitre avant électriques, d'une radio (avec écran 3,5 pouces, Bluetooth et commandes au volant, port USB et prise Jack. Elle bénéficie d'un siège conducteur réglable en hauteur et du verrouillage centralisé avec plip. Toutes les versions Feel sont dotées d'un limiteur de vitesse. Disponibles aussi dès ce niveau, les coques de rétroviseurs et les poignées de portes à la teinte de la carrosserie. La C1 Feel est proposée avec des jantes en acier de 15 pouces, plus des enjoliveurs.

 

La finition " Shine " reçoit en plus une caméra de recul, un compte-tours, des jantes en alliage de 15 pouces, des entourages de vitres chromés, une radio (avec Bluetooth et commandes au volant), une tablette tactile 7 pouces avec port USB, prise Jack et fonction Mirror Screen, des rétroviseurs extérieur électriques et chauffants et un volant en croûte de cuir.

 

Enfin, une version découvrable “Airscape” est proposée. Son toit en toile souple de 800 mm sur 760 mm est coulissant. Simple d'utilisation, il se commande électriquement et s'ajuste sur n'importe quelle position. Un déflecteur aéro-acoustique se déploie automatiquement à l'ouverture de la toile pour limiter les remous d'air dans l'habitacle. Il est possible d'ajuster l'ouverture sur plusieurs positions : au-dessus des seules places avant, au-dessus des quatre places, etc. Cette version découvrable Airscape adopte un effet bi-ton en offrant la possibilité d'avoir une couleur de toile contrastée par rapport à la teinte du véhicule. Trois couleurs de toiles sont proposées: Black, Grey et Sunrise Red.

 

Les motorisations de la C1

Deux blocs sont disponibles : le 3 cylindres 1.0 VTi 68 ch d'origine Toyota, déjà présent sur la précédente C1, ainsi que le récent 3 cylindres PSA 1.2 VTi. Ce bloc de 82 ch est labellisé Puretech. Avec le plus modeste des deux moteurs, la C1 reste quasi condamnée à la ville. Handicapée par une boîte à l'étagement désespérément long, elle se contente du service minimum en accélérations et relances : le 0 à 100 km/h demande 13 s.

 

Mieux vaut choisir la motorisation supérieure : vigoureux (0 à 100 en 10,9 s), le 1.2 délivre un bien meilleur agrément, abstraction faite de son isolation perfectible à bas régime. En ville, il faudra s'habituer aux remontées de vibrations dans le pédalier et l'assise. Mais son couple plus généreux (116 Nm à 2.750 tours) offre des relances honnêtes. Ce moteur offre ainsi nettement plus de polyvalence à la C1, permettant de s'insérer dans le trafic en sécurité. Mais là encore, la boite 5 rapports fort longue condamne la 5ème à un rôle de figurant, et seulement à vitesse stabilisée sur voie rapide. Donc, uniquement pour préserver nos oreilles et l’appétit du moteur. Sur ce point, le 1.2 qui n'impose pas d'être autant sollicité que le trop faible 1.0, avoue une consommation à peine plus élevée que son cadet. En revanche, l'absence de Start & Stop sur le 1.2 pénalise quand même sa consommation en circuit strictement urbain.

 

Conclusion

La C1 est une mini citadine mignonne, petite à l’extérieur et habitable à l’intérieur. Urbaine et économique mais pas du tout low cost. Sa conduite est agréable, surtout lorsqu’elle dispose du 1.2 PureTech un peu sonore mais diablement vigoureux.

 

Alors Bonne Route à son bord.

Laisser un commentaire