Bienvenue sur Auto-ies.com

COMPARATIF RENAULT KADJAR - PEUGEOT 3008

  • janvier 21, 2021
  • sur Alexandre

Il faut le reconnaître, malgré l’arrivée régulière de nouveaux concurrents sur son segment, le Peugeot 3008 continue de régner sans partage sur le marché tricolore. Mais que devient le Renault Kadjar si discret depuis l’arrivée de la 2ème génération du 3008 en 2016 chez les SUV compacts ? Voyons cela…

 



Le point aujourd’hui sur le Kadjar et le 3008

Restylé en cette fin d’année, après quatre ans d'existence, le 3008 est désormais nanti d’une calandre flottante et finement striée, et reçoit les mêmes crocs lumineux que les 508, 208 et 2008 encadrant le bouclier. Son bilan commercial est resplendissant, 800 000 exemplaires écoulés (+ 300 000 unités du 5008, sa version rallongée) et pas une année sans décrocher le titre envié de SUV compact le plus vendu en France. Un tel succès pourrait le dispenser de lifting mais, la menace est arrivée en interne avec le tout nouveau 2008, d’où cette manœuvre d’anticipation bien utile.

 

En face de lui, le Kadjar prend une vraie déculottée. Du coup avec sa diffusion plus restreinte il en devient aussi plus original car on ne l’aperçoit pas à tous les coins de rue. Restylé l’an dernier avec une calandre subtilement agrandie, des entourages d’antibrouillard redessinés et un bouclier arrière orné de fausses canules d’échappement, il n’a pas eu droit pour autant au grand chamboulement que l’on pouvait attendre, Renault préférant revoir son intérieur et surtout, remplacer la totalité de ses moteurs.

 

Le jeu des différences entre les deux SUV français.

D’abord, la banquette du Kadjar se révèle plus confortable que celle du 3008. Certes, l’habitabilité est sensiblement identique, mais l’assise implantée plus haut chez Renault permet de voyager dans de meilleures conditions.

 

À l’arrière, à bord du 3008, les passagers de grande taille se plaignent, en effet, d’une position désagréable, qui impose des trajets avec les genoux remontés vers le buste.
Côté luminosité, le Kadjar fait, là aussi, encore mieux que son rival, lequel propose un espace vitré plus limité, provoquant un sentiment de confinement.

 

Intéressé(e) par une boite automatique ? Retrouvez les véhicules boite auto

 

Enfin, au chapitre pratique, le coffre du Kadjar se compartimente aisément, permettant de mieux caler les sacs de courses. Quant à l’insonorisation, profondément revue, elle isole parfaitement des bruits d’air et mécaniques. Sur la route, s’il n’a pas la supériorité du 3008, le Kadjar s’en sort quand même avec les honneurs. Plus débonnaire, légèrement plus sujet au roulis, il s’adresse clairement à une clientèle moins sportive que celle du Peugeot. Car outre son apparence flatteuse et moderne, le Peugeot montre en effet des qualités routières qui, avant son arrivée, étaient inconnues dans le petit monde des crossovers.

 

Pour les familles, le 3008 se révèle confortablement amorti. Pour les amateurs de conduite, il repose sur un châssis affûté et dynamique, qui lui offre des prestations dignes d’une… vrai sportive! Chaque virage est une fête, d’autant que son tout petit volant aux deux méplats contribue à rendre la direction plus incisive et que ses sièges, bien dessinés, offrent un bon maintien dans les courbes.

 

Le Kadjar reprend l’avantage en proposant une version 4X4 inexistante chez son concurrent. Sur les versions 4×2 encore un petit plus, l’antipatinage intelligent Extended Grip n’est facturé que 250 €, contre 410 € chez Peugeot. Et côté budget toujours, Renault prévoit un entretien tous les 30 000 km, comme pour le 3008, mais tous les deux ans, contre chaque année pour son adversaire.

 

Autre gros point fort du 3008 : sa présentation moderne, et son instrumentation digitale paramétrable, qui se révèle haut de gamme et, surtout, très pratique. Il est par exemple possible de faire apparaître la carte du GPS devant soi ou, au contraire, de réduire au minimum les informations affichées dans son champ de vision – seule reste indiquée la vitesse – un bon plan afin de ne pas être perturbé ni ébloui.
Au centre de la console centrale, dont la présentation soignée apporte un aspect bien plus luxueux que dans le Kadjar, le système multimédia appelle quelques reproches ; Ainsi, il faut utiliser l’écran tactile, même pour enclencher la climatisation. Toutefois, le fonctionnement reste beaucoup plus intuitif que celui du R-Link du Renault, dont la lenteur finit par excéder.

 

Autre avantage du 3008, l’ouverture électrique du coffre bien pratique qui peut être déclenchée en passant un pied sous le hayon.
Pour terminer, avantage tarif pour Renault, le 3008 coûte bien plus cher que le Kadjar. Mais à moduler, car en série, il propose de nombreux équipements de sécurité (freinage autonome, surveillance des angles morts, alerte au franchissement de ligne, caméra de recul…), qui sont soit indisponibles soit proposés seulement en option sur le Renault.

 

Conclusion.

Le Kadjar bénéficie de nouvelles munitions bienvenues apportées par ce restylage, mais difficile d’arriver d’effaroucher un 3008, mieux loti sur bien des points. Restent au Renault son look plus statutaire, son tarif préférentiel et son offre 4X4.