En exclusivité jusqu'au 30 novembre - Votre garantie étendue jusqu'à 3 ans !
Contactez-nous

Nous appeler ?

04 70 30 87 60

Lundi au vendredi 8:30 - 19:30

Samedi 10:00 - 13:00 / 14:30 - 17:30

Prix d'un appel local

Nous contacter ?

Laissez-nous un message pour qu'un conseiller vous contacte dans les plus brefs délais

Envoyer un message

Radars en France : nouveautés et évolutions des moyens de contrôle automatisés

4 avril 2022

Actualités

Entre le déploiement des radars tourelles, dit radar discriminant, et l’augmentation du nombre de voitures radars privées, les contrôles routiers automatisés sont en hausse en ce début d’année 2022. Le recours au régulateur de vitesse adaptatif, pour les véhicules qui en sont équipés, devient un réflexe à adopter. 

Il permet de maintenir la vitesse désirée tout en respectant une distance de sécurité suffisante avec le véhicule qui nous précède.

Nouveaux radars fixes et embarqués : quoi de neuf en 2022 ?

Les radars fixes et embarqués sont une composante essentielle de la lutte contre l’insécurité routière. Ils permettent de détecter les excès de vitesse et les infractions aux autres règles de circulation. Leur mission est de prévenir les accidents de la route et de les faire diminuer. Ils sont au cœur d’une réflexion sur le partage des données pour mieux lutter contre l’insécurité routière.

Les nouveaux radars embarqués sont déployés progressivement. Ils permettent de détecter de façon plus précise les excès de vitesse et les autres infractions, en fonction des conditions de circulation. Ils permettent également de détecter des comportements dangereux ou à risques.

Thumbnail

Le renforcement des contrôles réalisés par les forces de l’ordre vise à contribuer à la sécurité routière en général. 

Les comportements dangereux et à risque représentent un risque considérable pour la sécurité routière.

Image @France Bleu

Le radar tourelle, la nouvelle génération de radar multifonction

Mise en service depuis 2019, les radars tourelles sont également appelés radars discriminants. Leur nombre doit atteindre 1 400 unités réparties sur toute la France au cours de cette année, soit presque le double qu’actuellement. À terme, ils doivent remplacer 75 % des cabines rapides qui jonchent nos routes.

Qu’est-ce qu’un radar tourelle et à quoi ressemble-t-il ?

Culminant à 4 mètres de hauteur, le radar tourelle est composé d’un cinémomètre Mesta Fusion.

Thumbnail

Cet élément est capable de surveiller simultanément jusqu’à 126 véhicules dans un flot de circulation. 

Sa portée est de plus de 100 mètres, mais il mesure la vitesse des véhicules dans une zone virtuelle comprise entre 20 et 30 mètres du radar. 

Malgré ses deux fenêtres, il est impossible de savoir si nous avons été flashés par ce type de radar. 

Il n’y a pas de flash lumineux, mais un flash infrarouge invisible à l’œil.

Quelles infractions seront sanctionnées par le radar tourelle ?

Capable de surveiller de nombreux véhicules, le radar tourelle est chargé de verbaliser les infractions liées au dépassement des limitations de vitesse, et cela sur plusieurs voies de circulation simultanément. Ce type de radar est capable de prendre en compte le gabarit du véhicule pour déterminer la vitesse autorisée pour ce dernier. Il permet également, suivant son emplacement, de verbaliser le franchissement d’un feu de circulation au rouge.

Les radars tourelles sont capables de flasher dans les deux sens de circulation à condition qu’il soit installé sur une route bidirectionnelle à chaussées non séparées. Depuis peu, une nouvelle configuration est possible. Si le radar est installé sur un terre-plein central, il peut également flasher dans les deux sens.

Encore plus de radars sur nos routes !

Afin de lutter contre l’insécurité routière, le gouvernement continue le déploiement de nouveaux radars sur les routes de France. 

D’ici la fin de l’année, il faudra compter sur 4 500 radars automatiques, soit 300 radars supplémentaires. 

Les conducteurs seront également confrontés aux nouvelles voitures radars dont le nombre doit passer à 450 unités d’ici le 31 décembre prochain.

Les voitures radars privées vont gagner les régions manquantes d’ici 2022

Avec 450 voitures banalisées équipées de radars embarqués prévus, il va être difficile de rouler au-delà des vitesses autorisées sans se faire prendre.

Thumbnail

Près de la moitié de ses véhicules sera conduit par des conducteurs professionnels salariés d’entreprise privée. 

Stationnés dans l’enceinte des gendarmeries, les conducteurs doivent suivre un itinéraire défini quotidiennement par la préfecture. 

Ces véhicules peuvent circuler de jour comme de nuit aussi bien en semaine que le week-end ou les jours fériés.

Il est assez difficile d’identifier les différents modèles de véhicule équipé d’un radar embarqué. Cependant, les modèles les plus courants sont :

  • Citroën Berlingo
  • Ford Focus,
  • Peugeot 308 et 508,
  • Seat Leon,
  • Skoda Octavia,
  • Volkswagen Passat.

Chaque véhicule circule 5 à 6 heures par jour et peut ainsi parcourir de 300 à 500 km. Cependant, lorsque ces voitures banalisées enregistrent une infraction, une tolérance est appliquée automatiquement sous la forme d’une marge technique.

Marge technique applicable lors d'un contrôle de vitesse

Lorsque l’on reçoit une contravention pour excès de vitesse, il est mentionné la vitesse relevée et la vitesse retenue. Cela signifie qu’en fonction de l’appareil de contrôle, une marge technique est automatiquement appliquée. Pour les radars fixes, cette marge est de 5 km/h jusqu’à 100 km/h puis elle passe à 5%.

Cela signifie que pour une route limitée à 50 km/h, vous ne recevrez un PV que si vous avez roulé à une vitesse réelle d’au moins 56 km/h. Sur une portion d’autoroute limitée à 130 km/h, avec une marge de 5 %, vous serez verbalisé pour une conduite en excès de vitesse à partir de 137 km/h.

Thumbnail

Cette marge technique est plus élevée avec les voitures banalisées avec radar mobile embarqué lorsqu’elles sont en mouvement, conformément à l’article 6 de l’arrêté du 4 juin 2009. 

Elle passe à 10 km/h jusqu’à 100 km/h puis à 100 % au-delà. Vous serez donc en infraction à partir de 61 km/h pour une zone urbaine dont la vitesse maximale est de 50 km/h. 

Sur autoroute, dans une zone limitée à 130 km/h, vous serez en infraction à partir de 144 km/h.

Bien qu’une tolérance existe, il est préférable de respecter les limitations de vitesse afin d’éviter tout risque de verbalisation et de perte de points sur le permis de conduire.