Bienvenue sur Auto-ies.com

Les évolutions esthétiques de la Twingo, de la Clio et du Captur

  • septembre 23, 2021
  • sur Mayra

Dans les voitures historiques de Renault, nous retrouvons des modèles emblématiques de l’automobile, qui, au fil des décennies, n’ont jamais changé de nom mais d’apparence. Aujourd’hui, elles représentent non seulement un savoir-faire entre technologie et esthétique mais des souvenirs de longue date.



La Renault Twingo

C’est la citadine pur jus de Renault, tout le monde la connaît !

Le nom « Twingo » est une trouvaille à lui seul. Savez-vous qu’il s’agit d’un mix s’inspirant du nom de trois danses d’époques différentes : Twist, Swing et Tango. Un message subliminal pour les futurs acheteurs ?

 

 

Lancée en 1993 pour succéder à la Renault 4 produite depuis 1961, la Twingo première du nom a été remplacée en 2007 par la Twingo II.

 

Depuis 2014 c’est la version III qui a repris le flambeau, avec le renfort à point nommé d’une version électrique baptisée Twingo ZE apparue en début d'année 2020. Un an plus tard, le constructeur au losange a annoncé l’arrêt de la motorisation thermique.

 

A sa naissance, la Twingo a joué la carte de l’originalité avec sa bouille sympathique et son regard de batracien. La Twingo originale fut une réussite totale pour plusieurs raisons : elle se révélait plus pratique que les autres citadines de son époque et plus économique sur de multiples points tout en bénéficiant d'un design qui faisait figure de précurseur. Malheureusement, à partir de la Twingo II et malgré le grand succès de la première version, son style est devenu plus consensuel. La deuxième génération se caractérisant par une grande “bouche” orientée vers le bas et des phares surélevés sur deux niveaux.

 

La version III s’est transformée quant à elle complètement. Elle arbore à l’avant le nouveau style de la marque. Pour la Twingo III (découvrir l'essai), tout a été revu car la motorisation est désormais à l’arrière. La proue est moins boudeuse que sur la deuxième mouture avec un bandeau qui court d’un phare à l’autre et au centre du capot, un immense losange. Son succès reste mitigé malgré un style qui plait, mais ressemble trop à la Fiat 500 pour certains puristes de la marque.

 

La Renault Clio

C’est l’un des modèles les plus importants pour Renault.

 

Elle comptabilise désormais cinq générations, sans compter les restylages intermédiaires. Petite berline polyvalente du segment B, elle a été présentée en 1990 pour remplacer la Supercinq. Ensuite la Clio II est arrivée en 1998 et la Clio III en 2005. En 2012 la Clio IV pointe son nez et enfin depuis 2019, c’est le règne de la Clio V qui poursuit la saga. Car si elle a le plus souvent été sacrée voiture préférée des Français, elle est surtout devenue depuis 2013, leader du segment B en Europe.

 

Plus moderne, plus athlétique, la cinquième génération de la Clio s’appuie sur l’ADN qui a toujours fait son succès. Elle capitalise ainsi sur les atouts de chacune des quatre générations précédentes pour conforter sa domination récurrente dans la catégorie. Conçue sur le double principe «Evolution & Révolution», la Clio cherche à se rajeunir sans bouleverser les codes, avec un design extérieur qui évolue vers plus de maturité. Aidée par des lignes plus sculptées et une face avant plus volontaire, la Clio V gagne ainsi en dynamisme et modernité, tout en étant reconnaissable dès le premier regard.

 

En 30 ans, cette polyvalente au minois passe-partout a su se bonifier sans se renier. Modifiant sa ligne des débuts un peu carrée et un peu utilitaire, elle a progressivement glissé au fur et à mesure des générations vers un profil affiné en forme de galet allongé au look sportif.

 

renault clio blanche

Le Renault Captur

C’est le crossover compact de la marque au losange

Après le succès plus que mitigé de la Modus, son prédécesseur sur le segment des monospaces compacts, le crossover Captur a été dévoilé en janvier 2013. En fait, le Captur est une déclinaison de la Clio 4 comme le GLA est celle de la Classe A, et le 2008 celle de la 208. Il se veut plus polyvalent et attractif car il dispose d’une position de conduite haute comme tout SUV qui se respecte, de l’habitabilité et la modularité d’un monospace et enfin la maniabilité et le plaisir de conduite d’une berline compacte. Un genre de tout en un.

© LQA E. BERGEROLLE

Le premier opus a été commercialisé par Renault de 2013 à 2019. Désormais c’est la seconde génération née en octobre 2019 qui occupe le terrain. Celui-ci reprend complètement la nouvelle signature de Renault avec son gros logo en forme de losange si imposant sur la face avant. Pour cette génération de Captur restylé, les boucliers adoptent en plus des feux à LED en forme de crochets, tandis que les phares et les feux arrière sont entourés par une nouvelle signature lumineuse. Son profil et sa ligne générale restent à peu de choses près les mêmes. Pourquoi chambouler une recette gagnante ?

 

Le Captur (notre essai de la captur) est clairement le gros succès de la famille des crossover de Renault en Europe, effaçant ainsi de façon éclatante le demi échec de son prédécesseur le Modus.

 

captur renault orange