Bienvenue sur Auto-ies.com

BUGATTI, La prestigieuse marque Française

  • septembre 18, 2019
  • sur Alexandre

Cette année, la marque automobile Bugatti souffle ses 110 bougies. Fondée en 1909 par l'industriel franco-italien Ettore Bugatti, elle a bâti son succès sur l'audace de ses constructeurs et les performances sportives de ses voitures de course.



Ettore Bugatti

Il naît le 15 septembre 1881 à Milan en Italie dans une famille d'artistes transalpins. A 14 ans, il se voit offrir un tricycle à moteur qu'il modifie. C’est à ce moment là, qu’il se découvre une passion pour la mécanique.

 

Seulement âgé de 20 ans, il construit sa première voiture, la Bugatti Type 2. (4 cylindres, 3000 cm3 pour 60 km/h avec une boite de 4 vitesses + 1 marche arrière). Il présente sa réalisation à l’exposition automobile de Milan où il obtient une médaille. A cette occasion, il est remarqué par un industriel Alsacien le Baron de Dietrich qui est enthousiasmé.

 

En 1902 la société Alsacienne De Dietrich le recrute comme associé pour concevoir des voitures auprès d’Amédée Bollée, un des pionnier de l’automobile et d'Émile Mathis responsable de la commercialisation. La société Dietrich Bugatti s'installe à Niederbronn à 50 km au nord de Strasbourg. Ettore améliore sa Bugatti Type 2 puis conçoit et produit les Dietrich Bugatti Type 3, Type 4, Type 5, Type 6 et Type 7 vendues à environ 100 exemplaires.

 

En 1904 De Dietrich abandonne l'industrie automobile. Ettore Bugatti s'associe à Émile Mathis avec l’objectif de poursuivre l'aventure. Mathis produit à cette époque, sous son nom, en grande série des automobiles populaires à Graffenstaden à 10 km au sud de Strasbourg.

 

En 1907 il se sépare de son associé Mathis pour se consacrer aux voitures de sport et de prestige et s'associe, un temps, avec le constructeur automobile Deutz à Cologne en Allemagne. C’est avec lui qu’il conçoit les Bugatti Type 8 et Bugatti Type 9 sans succès commercial. Parallèlement il créer dans le sous-sol de sa maison la Bugatti Type 10, un pur-sang de compétition automobile de 1.2 litre de cylindrée de 12 chevaux.

 

Ettore Bugatti est un idéaliste, animé par une inextinguible quête de la beauté. Inventif et visionnaire de génie, c’est un avant-gardiste au goût artistique très sûr. Sa devise est restée célèbre: " Rien n’est trop beau, rien n’est trop cher ".

 

Jean Bugatti

Le fils unique d’Ettore, Jean, naît le 15 janvier 1909. Ettore fonde sa propre marque Bugatti en décembre à Molsheim-Dorlisheim en Alsace (alors Allemande) à 20 km à l'ouest de Strasbourg et s’installe dans une somptueuse villa.

 

C’est tout jeune, qu’ Ettore associe son fils à ses recherches et lui fait connaître tous les rouages de l’usine. Jean travaille très tôt avec son son père au bureau d'étude de l'entreprise.
A 18 ans, Jean n’ignore rien de la construction des voitures et participe à la mise au point des moteurs. Il est ingénieur en mécanique, mais aussi designer, industriel automobile et pilote d'essai de l’usine. Dès 1930, il impose ses idées, par exemple l’adoption d’un double arbre à cames au type 35, un châssis surbaissé, des freins hydrauliques …
Il dépose de nombreux brevets par la suite.

 

Il se révèle rapidement doté des mêmes talents artistique que son père. En 1936, d’ailleurs, celui-ci lui laisse volontairement la direction de l’entreprise qui emploie alors 1400 personnes et s’éloigne. Sous l’autorité de Jean Bugatti, âgé seulement de 26 ans, naissent les types à deux arbres à cames. Jean Bugatti dirige aussi l’étude et la construction de canots de course et de l’avion des records.

 

Les historiens s’accordent à dire que le meilleur de ses talents est certainement celui de l’esthétique. Jean dessine en effet une centaine de carrosseries les plus élégantes qui aient jamais habillé un châssis Bugatti et plusieurs chefs-d’œuvre incontournables de la marque: La Bugatti Royale "coupé du patron", la première Bugatti « Royale » client, celle d’ Henry Esders, La Bugatti T46 "Petite Royale" semi-profilée et le Roadster type 55, les coupés Bugatti Aérolithe et Bugatti Atlantic sur châssis Type T57. Sans contestation, ce sont les plus belles voitures de sport et de grand tourisme d’avant-guerre.

 

Ettore a interdit à son fils d’être pilote. Celui-ci se console en assurant les essais des prototypes et des voitures de course. Malheureusement, le 11 août 1939, à 10 heures du soir, alors que Jean peaufine à grande vitesse sur une route gardée à Duppigheim, les réglages d’un modèle tank 57-G qui doit participer au Grand Prix de la Baule, il se retrouve face à un cycliste qui lui barre la route. Pour l’éviter, il percute un platane. C’est à l'âge de 30 ans et à 10 km à l'est de l'usine de Molsheim-Dorlisheim que Jean Bugatti perd la vie. Un drame pour son père et pour l’usine Bugatti qui ne s'en remettront pas.

 

Ce décès, puis la Seconde Guerre mondiale et les difficultés économiques de l'après-guerre précipitent le constructeur vers sa fin. Arrive le décès d'Ettore Bugatti le 21 août 1947 sans successeur qui entraîne la disparition de la marque entrée dans la légende des pionniers d’une certaine idée de l'automobile élitiste.

 

Les Bugatti historiques

  • La Type 13 est la première voiture construite par l'entreprise d'Ettore Bugatti, à Molsheim. Bugatti construit ensuite des moteurs d’avion pendant la Première Guerre Mondiale, puis sa Type 13 s'illustre en remportant le Grand Prix d’Italie en 1919.
  • La Type 35, présentée en 1924, va remporter plus de 2 000 victoires en course, ce qui en fait l'une des voitures les plus marquantes de l’histoire. Les automobiles Bugatti sont reconnaissables à leur calandre de radiateur en forme de fer à cheval.
  • La Bugatti « Royale », sortie en 1926 et fabriquée en six exemplaires, est une énorme voiture d'un luxe inouï, pesant plus de 3 tonnes et pourvue d'un moteur à 8 cylindres en ligne, de 12,7 l de cylindrée, développant 300 ch. Les six voitures existent toujours, appartenant à divers collectionneurs. Notamment la fameuse collection Schlumpf, à Mulhouse, qui conserve deux d'entre elles et en a même créé une de plus avec des pièces de rechange d'origine.

 

La renaissance de Bugatti

Elle est intervenue en 2005. Devenue une filiale du groupe automobile VAG-Volkswagen, le nom de la marque est ressuscité. La nouvelle maison Bugatti, fidèle à son image de marque du siècle précédent, continue à ne produire que des modèles élitistes d’exception telle que les fabuleuses Veyron ou Chiron. L’aventure continue…

 

Photo: Pinterest

Laisser un commentaire