Bienvenue sur Auto-ies.com

VOTRE SAGA YOUNGTIMER NISSAN DATSUN 280ZX (1979-1983)

  • août 31, 2020
  • sur Alexandre

La sortie de la 240Z fut un vrai coup de génie de Nissan. Plus connu comme constructeur d’automobiles grand public, sa notoriété bondit d’un coup, grâce à cette sportive, parmi les constructeurs de voitures de sport. Fiable et pas chère, la 240Z a ouvert la voie à toute une lignée de coupés dont cette GT baptisée 280ZX dernière à porter, d’ailleurs, le blason Datsun.



La 280ZX, digne héritière de la 240Z.

Le coupé Nissan 280ZX se distingue d’abord par une carrosserie modernisée des lignes de la 240Z. Les pare-chocs chromés, les entourages inox de vitres latérales ou l'intérieur en velours fleurent bon le charme des années soixante dix. Pourtant, ce nouveau coupé Nissan a beaucoup évolué pour se positionner comme une vraie GT. Il offre 2 variantes de carrosserie, une stricte biplace et une 2+2 grâce à un empattement allongé de 20 mm. Nissan a également amélioré l'aérodynamique en testant pour la première fois un tunnel de soufflerie. Du coup, le gain se traduit par un Cx de 0,38 au lieu de 0,47 pour la 240Z.

 

La carrosserie allongée permet aussi de positionner un réservoir plus gros (80 litres).
L'habitacle est accueillant et douillet. Le siège conducteur est réglable en hauteur et possède même un réglage lombaire, inédit pour l’époque. Les 3 petits manomètres orientés vers le conducteur sont typiques de ce modèle. La dotation est riche avec une montre à aiguille, des compteurs voltage batterie, température et pression d'huile, en plus du compte-tours situés derrière le volant. Volant qui, en revanche, avec ses deux branches orientées vers le bas, détonne pour une Grand Tourisme. Top du modernisme pour les seventies, le lecteur de K7 stéréo posé dans la console centrale. Dernier atout de la Datsun, un coffre à hayon dont la large ouverture se révèle bien pratique à l'usage, avec un volume appréciable et une banquette arrière 1/3-2/3 qui se rabat pour former un plancher plat.
Elle propose aussi une boîte automatique à trois vitesses ou mécanique à 5 vitesses reprises de la 240Z.

 

La version Grand Luxe apporte en option une sellerie velours, un essuie-glace arrière, des vitres électriques, une direction assistée, des rétroviseurs électriques, des laves phares, une chaîne hi-fi, des jauges à double graduation et les fameux T-Top, demi-toits vitrés amovibles.
Enfin, digne héritière de la 240Z, le modèle 2 places de 1979 se contente de 9.2sec pour passer de 0 à 100km/h et s'enorgueillit d’une vitesse maximale de 200km/h en boîte mécanique et 180km/h en boîte automatique.

 

La 280ZX côté moteur.

Sous le capot de la 280ZX, on retrouve un bon vieux 6 cylindres en ligne hérité de la 240Z. Gonflé à 2793 cm3 sur la 280Z, il utilise ici une injection Bosch L-Jetronic pour délivrer 140 ch à 5200 tr/mn dans sa première mouture. Avec un taux de compression porté de 8,3:1 à 8,8:1 à partir de 1981, cette puissance grimpera ensuite à 150 ch DIN.

 

Loin des performances de la Nissan Z qui collectionne les victoires en compétition, celles du coupé 280 ZX vont rapidement paraître insuffisantes face à l’arrivée des GTI. D'autant plus insuffisantes, qu'elles sont à peine meilleures que celles de la 240Z de 1970. Pour les 280ZX atmosphériques, entre 1979 et 1980, la boîte manuelle à 5 rapports possède les 2 premiers rapports courts avec un pont de 3.7 puis à partir de 1980 les 2 premiers rapports allongés et une 5ème longue avec un pont plus court de 3.9. Dans tous les cas, il est permis de penser que les ingénieurs de chez Nissan ont sciemment sacrifié les accélérations au profit de la performance énergétique. De plus, la prise de poids du coupé 280 ZX n'est pas non plus étrangère à cette faiblesse des chronos.

 

Malheureusement, la 280ZX Turbo (ZXT) de 1981, équipée du moteur dopé par un turbo Garett TB03, ne sera jamais importée chez nous par Nissan, pas plus d’ailleurs que la version 2.0 atmo. Mais l'histoire donnera raison à Nissan pour ses choix puisque la 280ZX sera un véritable succès commercial !

 

Nissan Datsun 280ZX, quelles évolutions pendant sa carrière ?

En 1981, le moteur est revu avec un taux de compression de 8.8 :1 pour grimper à 145 ch à 5200 tr/min et un couple de 21 daNm à 4000tr/min. Au printemps 1981 apparaît aux USA et Japon une version Turbo (uniquement en 2 places et boîte automatique) boostée à 180ch et octroyant le 0-100km/h en 7.3sec, avec un capot avec prise d’air NACA, refroidissement de différentiel et jantes de 15’’, équipée d'anti roulis à l’avant et d’un train arrière optimisé.
En août 82, la version turbo bénéficie d’une boîte manuelle BW T5 et devient disponible en 2 places et 2+2 pour une performance de 7.7sec sur le 0-100 et 208 km/h en vitesse maximum.

 

1982 nouvelle direction à crémaillère et optimisation du réglage des suspensions sur tous les modèles et généralisation du capot NACA. Adoption de pare-chocs ton caisse en polyuréthane, de nouvelles jantes aluminium, et d’une nouvelle calandre et des feux rouges revus. Une voix de synthèse pour les alertes de sécurité apparaît mais seulement sur le marché américain.

 

En attendant la sortie du 300ZX « Z31 » pour 1984, 1983 voit une ultime révision de la 280ZX avec un tarage de suspension assoupli pour le confort, les versions atmosphériques et turbo ont désormais les mêmes suspensions assorties de pneus élargis à profils plus bas.
Un tableau de bord digital et les rétros dégivrants sont disponibles (en option aux USA).
La version Turbo apparaît en Europe mi-83 sur le marché Allemand (T-Top uniquement) et Belge (T-Top en option) en version 2+2 avec 200ch. Seulement trois 2+2 turbo ont été vendues en France en 1983.

 

La Nissan Datsun 280ZX aujourd’hui?

La Nissan 280ZX offre tout le charme des sportives de la fin des seventies: Une ligne rétro avec un long capot qui héberge un six cylindres souple et musical, un intérieur en velours moelleux, sans oublier une position de conduite typiquement GT et, cerise sur le gâteau, une fiabilité bien réelle. Deux catégories de fans s'affrontent pour l’acquérir: les collectionneurs amateurs de ce type de GT grand luxe et ceux qui se rabattent sur elle, en deuxième choix à cause de l’envolée des tarifs de la 240Z.