Bienvenue sur Auto-ies.com

VOTRE SAGA YOUNGTIMER : CITROËN BX SPORT (1985-1987)

  • février 15, 2021
  • sur Alexandre

C’est en 1982 que Citroën présente la remplaçante de sa GSA, la BX, dessinée par le carrossier italien Bertone. Cette compacte, positionnée sous la familiale CX dans la hiérarchie Citroën, décoiffe par son design, mais contre toute attente, va se révéler un vrai succès.

 



L’histoire de la BX Sport. Une évolution classique.

En 1985, Citroën décide de se lancer en compétition en participant aux épreuves du groupe B du championnat du monde des rallyes. Son arme absolue: la BX 4TC, une bête de concours dotée de quatre roues motrices. Il lui faut donc ajouter un modèle sportif grand public dans sa gamme BX. La première des versions sportives de la BX s’appelle donc tout simplement BX “Sport”. D’abord produite en série limitée (2500 exemplaires), elle est finalement renouvelée jusqu’en 1987. La BX Sport ne restera que deux ans la plus puissante des BX sportives, puisque la GTI la remplace en 1987 mais elle demeure une référence des sportives à carburateur d’avant l’époque des GTI. C’est aussi la plus légère, la plus aboutie, la plus brutale et surtout la plus rare de toutes, car produite seulement à 7257 exemplaires.

 

Design, vous avez dit design ?

Comme nous l’avons précisé auparavant, c'est au carrossier italien Bertone que l’on doit les lignes très "bauhaus" de la Citroën BX. La ligne de la voiture de série n'est toutefois pas taillée avant tout pour le sport et Citroën va donc se dépasser pour lui donner des allures de sportive. La BX Sport se retrouve relookée pour montrer ses muscles, et là c’est le délire des designer qui s’en donne à coeur joie: boucliers avant et arrière d'une seule pièce, aileron sur la malle arrière, jantes alu de 14 pouces, élargisseurs de bas de caisse et d'ailes avant et arrière… Et en plus la BX Sport gagne en Cx. Si l’on regarde d’un peu plus près les détails qui diffèrent, les chevrons sur le capot sont noirs mat, et des monogrammes stylisés "BX Sport" sont collés sur le coffre. et sur les portes avant.

 

Et au microscope on perçoit la sortie d'échappement très fine et élégante avec son embout carré. L'habitacle est vaste et lumineux, par contre, la planche de bord reste celle du reste de la gamme. En prime, une finition bâclée et des plastiques bas de gamme. Malgré tout, Citroën a modifié le combiné d'instruments pour des cadrans plus classiques et d'aspect plus sportifs. Le volant trois branches est spécifique également, tandis que les aficionados de la marque reconnaissent le pommeau de vitesses et les sièges baquets de la CX 25 GTI (pas de petites économies!). La sellerie est habillée de velours gris. L'équipement de série est très correct et rarissime dans le monde de l’automobile, en effet il n'existe pas d'options sur la BX Sport. En plus il faut porter au crédit de la bête que pour une sportive, la BX Sport permet un modularité intéressante puisque sa banquette arrière est rabattable. Ainsi avec son hayon cela permet à l'occasion de jouer les déménageurs et transporter des objets volumineux.

 

Parlons moteur. Du brut !

Lorsqu'ils ont besoin de développer un modèle sportif, les constructeurs généralistes font appel à des spécialistes; chez PSA on se tourne régulièrement du côté de Danielson.

 

Citroën pour sa BX Sport ne déroge pas à la règle puisque la mécanique de la BX Sport est passée entre les mains de son sorcier maison de la mécanique. Petite digression pour les pro de la mécanique, c'est le groupe moteur Type 159A (celui de la BX 19 GT) qui sert de base au développement de la Sport. Avec une cylindrée de 1905 cm3, cette mécanique entièrement en alliage léger implantée transversalement à l'avant et inclinée de 30° vers le tablier moteur va faire l’affaire. La plus grosse modification visible opérée par Danielson est le remplacement du carburateur Solex double corps de 34 par deux gros carburateurs double corps horizontaux Solex de 40 !

 

Envie de renseignements ?Contactez-nous

 

A savoir aussi, le travail de Danielson a également porté sous le couvre-culasse avec un nouvel arbre à cames (modifications sur la loi de levée des soupapes), mais aussi une culasse retravaillée (augmentation du diamètre des soupapes -41,6 mm contre 38,5 mm à l'admission et 34,5 mm contre 31,5 mm à l'échappement-) et le lissage des chapelles. Un vrai travail de préparateur que l'on a plus l'habitude de voir habituellement sur les voitures de rallye… L'augmentation de la puissance est très nette avec 126 ch à 5800 tr/mn et 17,2 mkg à 4200 tr/mn. Les performances, si elles n'ont rien d'exceptionnelles aujourd'hui,sont pour l'époque très intéressantes (n'oublions pas que dans la gamme Citroën existaient encore en 1985 les 2 CV, Axel, Visa…). Une vitesse maxi de 195 km/h annoncée par Citroën est confirmée par les essais indépendants de l'époque. Le 0 à 100 km/h est effacé en 9,1 secondes et le kilomètre départ arrêté en 30,2 secondes. Soient les performances de la Peugeot 205 GTI 1.6 115 ch. Une boite de vitesses mécanique à cinq rapports dotée d'une cinquième surmultipliée.

 

Les évolutions de carrière. On ne modifie pas un modèle…parfait !

 

En janvier 1985 : Naissance de la version BX Sport en série limitée à 2500 exemplaires.
novembre de la même année, Citroën dévoile et commercialise 200 exemplaires de la BX 4TC, version très spéciale prévue pour porter la casaque Citroën en groupe B.

 

Millésime 1986 : En juillet, Citroën réalise un relooking sur toute la gamme BX, sauf sur la version Sport. La BX Sport reste la seule BX phase 1 au catalogue.
La version BX GTI, plus pépère arrive avec l’injection.

 

Pour 1987 : En juillet encore, arrêt de la commercialisation de la BX Sport.
Pendant ce temps, Citroën commercialise une version plus pointue de sa compacte, la BX GTI “16 soupapes”.
L'année 1987 se termine par un triomphe pour la BX puisqu'elle est la Citroën la plus vendue cette année-là.

 

Conclusion.

Si l’on veut résumer cette automobile, on peut le faire en trois qualificatifs:
La Citroën BX Sport est rare, efficace et pas dispendieuse.
Aujourd’hui, acheter une BX Sport pour une utilisation au quotidien vous coûte à peu près … une poignée de cacahuètes. Un super coup financier, compte tenu de sa rareté et de ses performances. Mais attention à l’effet de mode qui pourrait faire grimper les prix!

 

La Citroën BX Sport est la grande oubliée de l'histoire des BX. Si on se souvient des versions GTI ou GTI 16 soupapes, la Sport est tombée dans les oubliettes. Pas grave, car les rares exemplaires survivants sur les quelque 7500 commercialisés font aujourd'hui la joie de leurs propriétaires. Une auto rare, performante, exclusive et bourrée de charme.