Bienvenue sur Auto-ies.com

TRIUMPH HERALD UN CABRIOLET BIEN SOUS TOUS RAPPORTS

  • janvier 15, 2019
  • sur Alexandre

Vous êtes un aficionado des cabriolets “old school” mais chargé de famille, amateur de vieilles anglaises mais pas trop argenté ( sauf peut-être du côté des tempes !). Le cabriolet Triumph Herald est fait pour vous.



Un peu d’histoire sur la Triumph Herald

Diffusée entre 1959 et 1971, cette vénérable automobile a connu son heure de gloire grâce à sa brève prestation dans un des albums des aventures de Tintin , L’ILE NOIRE. Je ne résiste pas au plaisir de vous résumer la séquence d’anthologie dans laquelle le cabriolet apparaît: Tintin et Milou ,distancés par le méchant docteur Müller sont pris en auto-stop par deux touristes anglais. Ces deux sujets de sa gracieuse majesté tractent une caravane derrière leur Triumph Herald décapotable. Tintin et Milou,tout à leur poursuite, montent dans la caravane dont l'attelage casse en pleine côte, expédiant la caravane contre un pommier dans un verger. Tintin, sonné, se voit dresser alors une contravention à rallonge pour des motifs multiples: camping illégal, bris de barrière, baignade interdite et cueillette illicite de pommes. Pendant ce temps le charmant couple ne s'est aperçu de rien, le conducteur se bornant à remarquer que « le moteur tire mieux en côte, maintenant qu'il est chaud ».

Mais revenons à notre cabriolet

Si vous en faites l’acquisition (à condition d’en trouver un). Je vous prédis beaucoup de satisfaction et peu de regrets. Une ligne intemporelle, un moteur de Triumph Spitfire (oui Monsieur, oui Madame!), un tableau de bord en vrai bois et une ligne latine alors que le modèle est né outre-Manche. Avantage non négligeable, vous pourrez vous faire plaisir au volant tout en emmenant vos mouflets (et même le chien) puisque vous disposez d’une vraie quatre places. De plus, vous pourrez enfourner moult bagages car le coffre recèle une vrai soute. Cerise sur le gâteau, l’engin est plutôt solide, et les pièces se trouvent facilement et à un prix correct car l’essentiel est commun aux nombreuses versions de l’auto (break, fourgonnette tôlée, berline, cabriolet, coupé, etc.)

Alors, que du positif?

Comme dans toute histoire d’amour, bien sûr que non! Il faudra composer avec une mécanique de type agricole et un échappement pas très musical. Vous habituer à une position de conduite peu sportive et un pare-brise très haut. Enfin vous devrez dompter un essieux arrière rigide plus que joueur dès que l’humidité s’invite sur l’asphalte. Mais ceci reste le lot de nombreux véhicules à propulsion de l’époque. Un cabriolet haut en couleur et british jusqu’au bout de ses commodos. Mais disponible à des tarifs très abordables pour qui recherche le charme anglais à défaut des performances à l’italienne.

Laisser un commentaire