Bienvenue sur Auto-ies.com

SAAB 900 CABRIOLET, La star incontestée des automobiles topless

  • mars 12, 2019
  • sur Alexandre

Rouler en Saab 900 cabriolet de la première génération (1986-1994), c’est assumer sa différence et son élitisme. Le style intemporel de cette voiture de légende et son look inimitable en font un modèle très décalé mais aussi très recherché. Pour (re)découvrir cette auto de caractère, suivez le guide !



SAAB 900 cabriolet, l’idée d’un américain

Son géniteur spirituel s’appelle Robert Sinclair, président de 1979 à 1991 de SAAB of America. Il réussit à obtenir du constructeur suédois la mise en projet par la branche américaine d'un cabriolet quatre places, un produit totalement absent des catalogues de la plupart des constructeurs outre-Atlantique. À Trollhättan, certains ingénieurs, comme Bjorn Envall, le chef designer, avaient déjà planché sur le cabriolet. Des études conjointes sont alors menées avec l'American Sunroof Company (ASC) et le département design. Le projet d'ASC, plus esthétique, avec une capote électrique dont l’ouverture (et la fermeture) se fait en moins de trente secondes, est retenu. Le résultat: un cabriolet avec quatre vraies places, utilisable par tous les temps grâce à une capote triple épaisseur avec vitre arrière en verre et dégivrante. Le cabriolet est équipé d’un spoiler arrière favorisant l'écoulement de l'air au-dessus de la voiture capote repliée. Le châssis est renforcé avec des longerons de tôle d'acier. Renforts aussi en tôle d’acier pour les montants du pare-brise. La motorisation reprend celle de la 900 turbo 16 Aero de 175 ch.

 

ne vedette du grand et du petit écran

La production commence en 1986 en Finlande. Tous les exemplaires couleur gris argent s'envolent directement aux États-Unis. Très vite le cabriolet ou ”convertible” comme le nomment les anglo-saxons, devient la coqueluche des artistes de la côte ouest et des intellectuels de la côte est des États-Unis. Il va apparaître dans de nombreux films. Woody Allen l'utilise notamment dans Scenes from a Mall (1991), où il s'écrie, cherchant sa voiture dans le parking d'un centre commercial : "Where is my fucking Saab!" On le voit aussi dans Final Analysis, où Richard Gere essaye en vain le coup de la panne avec Kim Basinger. De nos jours, il continue à apparaître régulièrement en guest star dans des séries ou des téléfilms français marquant ainsi le caractère affirmé du personnage de son propriétaire à l’écran. Enfin en littérature, l'écrivain Paul Auster l'évoque, lui-aussi, dans son roman La musique du hasard : "Abandonnant son emploi, il (Nashe) se lance dans la quête d'un absolu indéterminé et sillonne le pays sans but au volant de sa nouvelle Saab rouge."

 

SAAB 900 cabrio, suite et fin … de production

Résultat, dans cette période bénie pour le constructeur suédois, les délais d’attente pour obtenir le droit de posséder celle qui fait déjà figure de mythe, vont atteindre jusqu’à 3 ans. L’Europe à son tour séduite veut elle aussi, bénéficier du cabriolet Saab 900 et entre dans la danse. En 1987, à l'image des autres 900, un restylage fait perdre au cabriolet son "flat nose". La calandre et la proue sont redessinées. Il gardera cette ligne jusqu'en 1994. Quelques années plus tard, le cabriolet SAAB 900 “classique” réussit à finir en beauté et avec panache : 48 894 exemplaires du cabriolet ont été construits en huit ans. Fin de production mais pas de carrière. Ses descendantes ne lui arrivent pas à la cheville (ou plutôt à la jantes alu!). Respectée pour sa ligne hors du commun, sa conception, ses finitions, sa tenue de route, cette voiture est désormais entrée au panthéon de l’automobile. Elle reste synonyme de liberté, et l’égérie d'une époque où tout était possible.

 

De nos jours la belle suédoise continue à faire tourner les têtes sur son passage. Les heureux propriétaires eux, cheveux au vent, perpétuent quand ils se croisent le caractéristique petit signe de la main, à la manière des motards. Avec la disparition de la marque ils ont encore plus qu’autrefois le fort sentiment d’être les derniers membres d’un club automobile élitiste.

Laisser un commentaire