Bienvenue sur Auto-ies.com

LES MARQUES AUTOMOBILES DISPARUES : SANTANA

  • juillet 13, 2017
  • sur Alexandre

Santana est née sous le patronyme de Metalurgica de Santa Ana en 1956 en Andalousie, cette société fabrique des machines agricoles, puis des boîtes de vitesses pour le constructeur français Citroën.

Elle obtient en 1958 la licence pour l’Espagne auprès de l’anglais Land Rover afin de produire les célèbres tout terrain de la marque.
C’est un accord gagnant pour les deux parties; en effet Santana se lance dans la production auto sans avoir à investir massivement et Land Rover contourne les fortes taxes imposées par le régime politique espagnol de Franco pour toute production extérieure.

 

Le développement

Le premier « vrai » Santana sort en 1967, le Santana 1300 avec une carrosserie maison mais une base Land Rover.
En difficulté Land Rover qui dès 1961 est entré au capital de Santana se voit obligé de se retirer en 1983.
Le constructeur japonais Suzuki flaire alors la bonne aubaine et s’invite au capital du petit constructeur espagnol en 1985.

Santana Series III Santana Series III

Comme lors du premier accord de production, tout le monde y trouve son compte car à cette époque les voitures produites au Japon sont soumises à des quota par l’Europe qui tient à protéger ses propres constructeurs.
De fait les Suzuki Samouraï et Vitara produits sous le blason Santana échappent aux quotas.

 

Suite et fin

Après avoir détenu jusqu’à 84% du capital de Santana, Suzuki va brutalement lâcher en 1995 sa tête de pont en Europe. Les quotas n’étant plus d’actualité ce débouché n’est plus pour lui prioritaire.
C’est l’Assemblée Régionale d’Andalousie qui va sauver (provisoirement) du naufrage le petit constructeur espagnol en rachetant au japonais la firme pour une peseta (la monnaie espagnole d'alors) symbolique.
Après quelques investissements réalisés par l’Andalousie, Santana se relance et sort en 2000 le PS-10 motorisé par l’italien Iveco avec un 2,8l et 125ch.

Santana 300 Santana 300

En 2006 Iveco et Santana signent un accord de coopération pour développer de nouveaux modèles dont le premier sera le Massif, basé sur le Santana PS-10 mais badgé Iveco. Un dérivé sort ensuite sous le nom de Iveco Campagnola concurrent direct du Land Rover Defender de l’époque.
Mais les ventes sont en chute libre: moins de 800 automobiles produites en 2010.
Le rideau tombe définitivement le 16 février 2011.

Laisser un commentaire