Bienvenue sur Auto-ies.com

GUIDE AUTO-IES DES SUV EPISODE 3: LES FAMILIAUX

  • avril 18, 2019
  • sur Alexandre

La conduite et la vie à bord d’un SUV ou VUS (Véhicule Utilitaire Sportif) en français, c’est votre tasse de thé. Et vous avez besoin d’espace, de beaucoup d’espace. Le SUV familial est fait pour vous. Aujourd’hui intéressons-nous à 5 d’entre eux : Le DS 7 Crossback, le Nissan X-Trail, le Peugeot 5008, le Renault Koleos et enfin le Skoda Kodiaq.



Les SUV participants sous la toise

En longueur le Kodiaq s’impose avec ses 4,69m devant le Koleos 4,68m puis le 5008 étalonné à 4,65m. Le X-Trail et le Ds7 crossback ferment la marche avec respectivement 4,64m et 4,58m.
En largeur, le DS7 Crossback en impose avec son 1,91, devant le Kodiaq 1,88 et les deux autres français, le 5008 et le Koleos, qui atteignent 1,85. Bon dernier le X-Trail avec 1,82m.
Enfin pour la hauteur, le X-Trail reprend l’avantage avec son 1,71m, devant le Koleos et le Kodiak 1,68. Puis le 5008 avec 1,64 et le DS7 Crossback 1,63.
Visuellement c’est le Kodiaq qui se révèle le plus imposant.

 

L’ambiance à bord de ces SUV familiaux

Avec son écran tactile haute résolution, ses matériaux cossus et son instrumentation high-tech le DS7 Crossback se distingue. Sa banquette souple offre un bon confort. Le coffre offre un volume correct (542 dm3), mais son seuil élevé n’en facilite pas l’accès.
La présentation flatteuse est servie par des matériaux de qualité. Dans ses versions huppées, le client a droit à des sièges et une planche de bord habillés d’Alcantara, une montre rotative BRM et un grand écran tactile regroupant toute la connectivité actuelle. DS soigne l’ensemble des passagers avec à l’avant une assise de siège qui se déploie et à l’arrière de l’espace aux jambes et des dossiers de sièges inclinables électriquement. Côté standing, le DS7 Crossback tient la corde face à ses concurrents premium pour plusieurs milliers d’euros de moins. Les aspects pratiques ne sont pas mis de côté avec de nombreux rangements.

 

DS7 Crossback

 

Le Kodiaq quant à lui bénéficie de sièges vastes et confortables, d’un régulateur de vitesse adaptatif, en passant par la surveillance d’angles morts et le digital cockpit, l’auto réunit tous les ingrédients pour voyager dans des conditions optimales à 7 personnes avec un coffre de 630dm3. Spacieux et lumineux il est un véritable cocon familial sur roues. Les nombreux rangements et détails pratiques, qui vont du compartiment à parapluie à la torche de coffre en passant par la poubelle de bord intégrée au vide-poche conducteur, témoignent d’une conception astucieuse et véritablement pensée pour l’agrément au quotidien.

 

Skoda Kodiak

 

Le X-Trail est vraisemblablement l’un des plus attractif en matière d’équipement. Il offre de série un très fort contenu de sécurité avec deux packs (de série sur les finitions hautes) qui méritent toute votre attention. Ainsi le « Safety Shield » embarque les feux de route intelligents, l’alerte de franchissement de ligne, le système de reconnaissance des panneaux de signalisation, le freinage d'urgence autonome. Sa version haut de gamme, le « Safety Shield Plus », y ajoute la surveillance des angles morts, la détection de la baisse de vigilance et des objets en mouvement. Sept places possible pour lui aussi mais le coffre est alors riquiqui (265 dm3 contre 550 dm3 en configuration 5 places).

 

Nissan X-Trail

 

Avec sa modularité digne d’un monospace et ses 7 places, le 5008 pousse judicieusement ses pions. Son style original ne laisse pas indifférent et la qualité globale est très perceptible. Les trois sièges de taille égale, coulissent et se rabattent, ce qui permet d’aménager le coffre à la carte (214 à 779 dm3). Comme pour son “petit frère” le 3008, le bien connu désormais « i-cockpit », impressionne toujours autant les personnes qui le découvrent pour la première fois. Pour rappel, il se compose d’une instrumentation 100% numérique, entièrement paramétrable qui surplombe un petit volant, et d’un écran multimédia tactile 8 pouces légèrement tourné vers le conducteur. Le sentiment de cockpit se fait également sentir par le garnissage de la planche de bord qui court sur les contre-portes.

 

Peugeot 5008

 

Quant au Koleos il se distingue par son écran vertical et une présentation plus classique. Mais il offre une dotation de série impressionnante. Un peu juste en largeur, la banquette est néanmoins confortable et il y a beaucoup de place pour les jambes. Le coffre (560 dm3) est profond et pratique. À l’intérieur, la planche de bord est la copie conforme de ce qu'on trouve dans le reste de la gamme du constructeur français mais, si cela manque un peu d'originalité et que la qualité de certains matériaux laisse encore à désirer, l'ensemble est clair et ergonomique avec, sur certaines versions, une instrumentation numérique et un écran central format portrait de 8,7 pouces.

 

Renault Koleos

 

Toujours au chapitre des équipements, le Koleos met le paquet sur les équipements de sécurité et les aides à la conduite en recevant de série dès l'entrée de gamme (Life) le régulateur/limiteur de vitesse, l'alerte de franchissement de ligne et la reconnaissance des panneaux de signalisation, l'aide au parking avant et arrière à partir du second niveau (Zen), l'avertisseur d'angles morts et la caméra de recul avec Intens et enfin l'Easy Park Assist pour le haut de gamme Initiale Paris.

 

La conduite de ces SUV familiaux

Le X-Trail est peut-être moins doué que ses concurrents en dynamisme, mais il s’avère un excellent voyageur. L’amortissement est de qualité et l’insonorisation très soignée. C’est l’outil idéal pour partir en vacances en famille, aussi bien à la mer qu’à la montagne puisqu’il est l’un des rares à offrir un réel potentiel tout-terrain. En effet, sa transmission intégrale dispose de 3 modes dont un automatique qui renvoie le couple entre les essieux arrière et avant selon les besoins. En cas de difficultés supplémentaires, il suffit d’enclencher le mode Lock. Celui-ci répartit alors la puissance entre les deux essieux de manière égale, c’est-à-dire 50/50. Ce compagnon de la famille rassure en prime avec une dotation en matière d’aides à la conduite particulièrement fournie. Sur les versions haut de gamme, il embarque de série les feux de route intelligents, l'alerte de franchissement de ligne, le système de reconnaissance des panneaux de signalisation, le freinage d'urgence autonome, la navigation, le système d'aide au stationnement, et le radar anti-collision.
Dans le DS7 Crossback le châssis est une réussite qui met en exergue le confort. La qualité de l’amortissement - même en entrée de gamme avec des suspensions de base non pilotées - démontre le savoir-faire technique du groupe en la matière. Le DS7 Crossback ne prend pas de gîte en virage, filtre efficacement sur les revêtements exigeants et enroule les trajectoires au doigt et à l’œil. Les occupants voyagent sur un vrai tapis volant à l’isolation phonique soignée.
Au volant du 5008 on s’aperçoit que ce sont surtout ses qualités routières qui lui permettent de faire la différence. Avec son petit volant, son train avant précis et incisif ainsi que son excellent équilibre, le 5008 fait preuve d’un dynamisme réel sur route, qualité plutôt rare dans la catégorie, qui ne se fait surtout pas au détriment du confort qui est de tout premier plan. Pour tous ceux qui ne recherchent pas la performance mais qui souhaitent une motorisation essence, le Puretech 130 est une alternative tout à fait intéressante, notamment quand celui-ci est associé à la boîte automatique à 8 rapports, qui est l’une des meilleures transmissions du marché. La fluidité et la sérénité sont donc les deux mots d’ordre de ce mariage qui n’est toutefois pas dénué de piment grâce au punch du 3 cylindres. Il faudra toutefois composer avec une consommation frôlant les 8,5 l/100 km en conduite coulée.
Parfaitement insonorisé, très confortablement suspendu (même avec des roues de 19 pouces) et richement équipé, le Kodiaq est un voyageur au long cours avec lequel il a fait bon rouler jusqu’au bout de la nuit. L’insonorisation s’avère quasi-parfaite, même dans les phases d’accélération, et la tenue de cap absolument imperturbable…tant que le vent n'est pas de la partie. Quand celui-ci souffle trop fort, de fréquentes corrections au volant sont requises. Le conducteur apprécie l’ergonomie globale du poste de commandes, ainsi que l’excellente visibilité périphérique qui met immédiatement à l’aise. La console centrale n’est pas surchargée de boutons, ce qui simplifie la vie au volant. Bien sûr, le Kodiaq ne saurait prétendre à la catégorie des véhicules-passion. Pourtant, au fil des kilomètres, on s’attache à son côté « bon à tout » : un souffle amplement suffisant pour l’autoroute, un appétit mesuré en adoptant un rythme coulé, un confort de premier plan et une qualité de présentation exemplaire qui séduiront les « pater familias ».
En ce qui concerne le Koleos, la vie au volant offre une impression plus contrastée: niveau châssis, la direction offre un rendu artificiel mais se montre toutefois légère et précise. Quant à l'amortissement, il fait preuve d'une grande souplesse permettant au Koleos de digérer toutes les inégalités de la route dans le plus grand confort mais se traduisant aussi par une prise de gite prononcé dans les courbes finissant par entraîner un sous-virage marqué pour peu qu'on ne soulage pas l'accélérateur. Ajouté au caractère du moteur, cela donne donc à l'ensemble une image générale de gentil géant un peu mou et pataud. En résumé, le Koleos présente quelques lacunes en termes de modularité, de dynamisme ou de performances. Rien de véritablement rédhibitoire cependant, puisqu'elles peuvent se faire oublier grâce à une habitabilité et un volume de coffre tout de même satisfaisants, un rapport prix/équipements particulièrement intéressant et une esthétique réussie à l'intérieur comme à l'extérieur.

 

A vous de choisir celui qui s’adapte le plus à vos besoins. Ou plus simplement suivez votre coup de coeur car la voiture est aussi un achat plaisir !

Laisser un commentaire