Bienvenue sur Auto-ies.com

Les expressions dans le monde de l'automobile

  • juin 13, 2018
  • sur Alexandre

Chaque secteur d’activité génère son propre vocabulaire codé ou non et ses propres expressions de langage souvent très imagées. Le monde de l’automobile n’y a pas échappé. Mais certaines répliques venues pour beaucoup des jeunes années de l’automobile sont devenues obscures pour beaucoup. AUTO-IES décode pour vous.

 

Appuyer sur le champignon:

L’une des nombreuses références aux vertes années de l’automobile. Les premières pédales d’accélérateur avaient la forme de ce succulent mets.
Le terme est resté bien que plus aucun accélérateur digne de ce nom ne ressemble aujourd’hui à cet hôte de nos bois.

 

Monter sur les freins:

Eh oui quand on appuie sur le champignon, à la fin il faut monter sur les freins. Le conducteur doit appuyer sur la pédale de frein pour ralentir son véhicule et autrefois,sans assistance au freinage, il fallait peser de tout son poids pour ralentir l’engin. De fait l’infortuné pilote se retrouvait bien souvent debout en équilibre sur la pédale de frein, et le ralentissement espéré devait lui sembler une éternité.

 

Conduire comme un pied:

Celui qui conduit comme un pied ne se sert pas suffisamment de sa tête. Avec la tête on réfléchit, mais pas avec ses pieds. Ne dit-on pas bête comme ses pieds ? Tout vient de là.

 

Prendre un virage à la corde:

La corde c’est la limite intérieure d’un virage. Prendre un virage à la corde c’est prendre la trajectoire la plus courte et la plus rapide. Problème, ce qui est possible en course sur un circuit ou sur une route fermée, ne l’est pas dans les courbes à gauche sur route ouverte. Ou alors c’est s’exposer à un sévère choc frontal avec la voiture arrivant en sens inverse.

 

Partir sur les chapeaux de roues:

Jolie expression imagée pour indiquer que les premiers mètres sont parcourus à toute allure. Autrefois les enjoliveurs de roues étaient appelés chapeaux et un passage en courbe un peu violent amenait le véhicule à rouler sur ces protections métalliques.

 

Occuper la place du mort:

Avant l’invention des ceintures de sécurité et des airbags, les passagers avant étaient ceux qui payaient le plus lourd tribu en nombre de morts. En effet, sans moyen de se retenir à quoi que ce soit comme, par exemple, le volant pour le conducteur ou les dossiers avant pour les passagers installés à l’arrière, ils finissaient la plupart du temps leur existence en traversant le pare-brise.

 

Rouler à tombeau ouvert:

Dans la même veine que l’expression précédente, rouler à tombeau ouvert c’est rouler trop vite et s’exposer à rejoindre directement un cercueil grand ouvert et sa place au cimetière.

 

Mais alors quid de “En voiture Simone” ?

On vous a gardé le suspense jusqu’à la fin de mon article !
Honneur aux dames et surtout UNE dame. Simone Louise de Pinet de Borde des Forest grande figure du monde automobile de la première moitié du 20ème siècle. L’une des toute première femme à avoir obtenu son permis de conduire dès 1929 à l’âge de 19 ans. L’année suivante elle participe à sa première course automobile et bousculant les préjugés de l’époque elle entame une carrière de pilote professionnel qui durera jusqu’en 1954. Le grand pilote argentin Juan Manuel Fangio lui-même est impressionné par le talent de cette française.
Mais ce n’est qu’au début des années soixante que l’expression “En voiture Simone !” devient célèbre. Guy Lux, animateur TV vedette de l’époque, a pour faire-valoir dans son célèbre jeu Intervilles une ex-speakerine, la lyonnaise Simone Garnier. A chaque début de séquence il a pris l’habitude de lancer l’affrontement entre les équipes des deux villes compétitrices par un récurrent “en voiture Simone” en référence à la célèbre pilote. Il n’en faut pas plus pour que cette dernière acquiert un regain de renommée.

 

Et vous avez-vous d’autres expressions que vous souhaiteriez nous faire découvrir ou dont vous aimeriez connaître l’origine et l’explication?

Laisser un commentaire