Les nombreuses marques automobiles belge - Auto-IES.com

Bienvenue sur Auto-ies.com

BELGIQUE, LE PAYS DE LA BIERE ... ET DE L’AUTOMOBILE

  • février 19, 2018
  • sur Alexandre

Saviez-vous que la Belgique, non contente de pouvoir compter plusieurs centaines de marques de bières aujourd’hui, a recensé aussi avant la première guerre mondiale une centaine de marques automobiles autochtones?

 

Un peu d’histoire

Au 17ème siècle un jésuite belge du nom de Ferdinand Verbiest en mission auprès de l’empereur de Chine de l’époque réalise pour son fils (celui du souverain, pas le sien !) le tout premier chariot à vapeur jouet. Bien plus tard (en 1832) deux frères allemands installés à Bruxelles (et inspirés par le climat belge ?) mettent au point un remorqueur à vapeur qui tracte des remorques entre Bruxelles et Anvers. Effet de la bière ou pas, à cette époque foisonnante beaucoup de véhicules autonomes sont inventés chez nos voisins d’outre quiévrain.

 

L’époque moderne

Le vrai déclic belge sera l’oeuvre d’un précurseur le Comte Camille Jenatzy qui, au volant de sa voiture électrique en forme de torpille la “Jamais Contente”, va être le premier homme à dépasser la frontière mythique des 100km/h le 29 avril 1899. Arrêtons-nous un instant pour mettre cet exploit en perspective et réaliser que Tesla n’apparaîtra que plus de 100 ans plus tard. Autre fait moins connu, c’est aussi en Belgique que naît la première voiture hybride du monde: en effet en 1900 la marque Pieper lance sa Petroleo électrique, voiture hybride essence et électrique.

Marque auto belge FN La Marque auto belge FN

L’âge d’or de l’automobile belge

Cet âge d’or va durer jusqu’à la première guerre mondiale avec une multitude de petites marques automobiles dont la production se limite le plus souvent à un seul et unique prototype sans lendemain. Mais d’autres comme la marque FN, filiale d’une célèbre usine d’armement belge, dépassent le stade artisanal pour produire en série un grand nombre de modèles. En parallèle de multiples épreuves de courses automobiles voient le jour dont Bruxelles-Spa ou le fameux Circuit des Ardennes qui préfigure sur un itinéraire de 100km parcouru à 6 reprises le principe des futures courses de Formules 1.

 

La chute

Les allemands bien que vaincus quittent la Belgique, qu’ils occupent depuis 1914, à la fin du conflit en 1918 en emportant dans leurs bagages la plus grande partie de l’outil industriel belge. Les usines automobiles du pays ne s’en relèvent pas car la plupart ne sont que des entreprises artisanales incapables de lutter à armes égales avec les géants mondiaux qui apparaissent à cette époque . Et c’est un monde nouveau qui voit le jour à l’issue de ce premier conflit mondial avec notamment des politiques protectionnistes aux USA.
Le marché intérieur automobile belge est trop réduit pour assurer la survie des marques.
Une page se tourne.

 

Ainsi se termine la courte mais brillante histoire de la production automobile de la Belgique.
Reconnaissons à l’esprit d’innovation des Belges le mérite d’avoir apporté au monde de l’automobile des inventions qui sont encore de nos jours d’une grande actualité.

 

Laisser un commentaire